3 faits frappants mais peu connus sur Martin Luther

3 faits frappants mais peu connus sur Martin Luther

Comme nous commémorons le jour de la Réforme (31 Octobre), voici 3 faits frappants sur le père de la Réforme: Martin Luther.

1. Luther détestait le mot « église » comme traduction pour ekklesia.

De tous les grands enseignants du christianisme, Martin Luther percevait plus clairement la différence entre l’Ecclesia du Nouveau Testament et l’église institutionnelle, et réagit avec plus d’acuité contre le quiproquo qui permettrait de les identifier. Il refusa donc de tolérer le simple mot ‘église’: il l’appela d’un terme ambigu et obscur. Dans sa traduction de la Bible, il rendit ecclesia par ‘congrégation’… Il se rendit compte que l’ecclesia du Nouveau Testament n’était tout simplement pas ‘une chose’, une ‘institution’, mais plutôt une unité de personnes, un peuple, une communion… Forte, comme l’aversion de Luther pour le mot ‘église’, les faits historiques le prouvent davantage. L’usage linguistique à la fois de la Réforme et l’ère post-réforme devait se réconcilier avec l’idée si puissamment développée de l’église, et par conséquent toute la confusion émanant de l’utilisation de ce mot ‘obscur et ambigu’ s’introduisit dans la théologie réformée. Il était impossible de remonter l’horloge d’un millénaire et demi. Le concept ‘église’ demeura irrévocablement moulé par ce processus historique de 1500 ans ».

Emil Brunner, The Misunderstanding of the Church [L‘incompréhension de l’Eglise] (Londres: Lutterworth Press, 1952), 15-16.

2. Luther détestait la pratique anabaptiste de l’interaction participative de tous les membres dans l’église comme prévu dans 1 Corinthiens 12-14.

Tragiquement, Luther et les autres réformateurs dénoncèrent violemment les anabaptistes pour la pratique de l’interaction participative de tous les membres  dans l’église.

Les anabaptistes croyaient que c’était le droit de chaque chrétien de se lever et parler dans une réunion. Ce n’était pas seulement le domaine du clergé. Luther était si opposé à cette pratique qu’il disait qu’elle venait du « tréfonds de l’enfer » et ceux qui se  rendaient coupables de cette pratique devraient être mis à mort.

Les anabaptistes croyaient et pratiquaient l’injonction de Paul dans 1 Corinthiens 14:26, 30-31 que chaque croyant a le droit de remplir une fonction à tout moment dans une réunion d’église. À l’époque de Luther, cette pratique était connue comme le Sitzrecht- « le droit de la personne-assise » »

Peter Hoover, Secret of the Strength [Secret de la force], 58-59.

Luther annonça que « le Sitzrecht venait du tréfonds de l’enfer » et était une « perversion de l’ordre public. . . une atteinte au respect de l’autorité. » En 20 ans, plus de 116 lois furent adoptées en terres germaniques à travers toute l’Europe faisant de « l’hérésie anabaptiste » un crime capital.

Peter Hoover, Secret of the Strength [Secret de la force], 59, 198.

En outre, Luther estima que si l’église entière administrait publiquement la Cène du Seigneur ce serait une « confusion déplorable. » Dans l’esprit de Luther, une personne doit assumer cette tâche: le pasteur.

Paul Althaus, The Theology of Martin Luther [La théologie de Martin Luther] (Philadelphia: Fortress Press, 1966), 323.

3. Luther n’a pas utilisé le mot « prêtre » pour désigner les nouveaux membres du clergé de la Réforme, mais le ministère était essentiellement le même.

Luther n’a pas aimé utiliser le mot prêtre pour définir les nouveaux ministres protestants. Il écrit: « Nous ne pouvons ni ne devons donner le nom de prêtre à ceux qui sont en charge de la Parole et des sacrements parmi le peuple.

La raison pour laquelle ils ont été appelés prêtres est soit en raison de la coutume des peuples païens ou comme un vestige de la nation juive. Le résultat est grandement préjudiciable à l’église. » Ainsi il adopta les termes prédicateur, ministre, et pasteur pour se référer à cette charge.

Luther, « A propos du ministère, » Oeuvres de Luther, 35, 40.

Cependant, il n’y eut pas beaucoup de changement entre le prêtre catholique et le pasteur protestant. Pendant la Réforme, le « prêtre » fut transformé en « prédicateur », en « ministre », et enfin en « pasteur. » Beaucoup ont soutenu à juste titre l’idée que le pasteur protestant n’est rien de plus qu’un prêtre catholique légèrement réformé. (Ils parlent de la charge et non de l’individu.)

Les prêtres catholiques avaient sept fonctions au moment de la Réforme: la prédication; les sacrements; les prières pour le troupeau; une vie pieuse disciplinée; les rites de l’église; l’aide aux pauvres; et la visite des malades. Le pasteur protestant prend sur lui toutes ces responsabilités- en plus de bénir parfois des événements civiques.

Le célèbre poète John Milton a résumé la situation en disant: « Le nouveau presbytre n’est que l’ancien prêtre, mais au sens large. »

Pour plus de détails sur la contribution de Martin Luther aux pratiques actuelles de l’église protestante et évangélique, voir Le christianisme paganisé ? (Oasis, 2013, avec George Barna).

Articles récents

LE RÉTABLISSEMENT/LA RESTAURATION

LE RÉTABLISSEMENT/LA RESTAURATION

Par Charles S. Meek

L’image contient peut-être : nuage, plein air et nature

 

Beaucoup de chrétiens attendent la seconde venue dans laquelle Yeshua restaure toutes les choses terrestres dans un monde idyllique sans péché, et dans lequel il n’y a plus de mort, de pleurs ou de douleur – d’après une lecture littérale d’Isaïe 11: 1-9; 65: 17-25 et Apocalypse 21: 1-4. Ces chrétiens interpellent les prétéristes intégraux: « Yeshua ne peut pas encore être venu parce que nous voyons toujours le péché, la souffrance, le mal et la mort tout autour de nous ».

Considérons cette interpellation. En ce qui concerne le péché, la Bible dit que Yeshua est apparu lors de son premier avènement pour mettre de côté/ôter le péché (Hébreux 9:26, Daniel 9: 24-27, Matthieu 1:21, Jean 1:29, Actes 5:31, Romains 6: 1-14, Colossiens 1:22, Tite 2:14, Hébreux 1: 3, 1 Pierre 2:24; 1 Jean 3: 5, Apocalypse 1: 5). YESHUA A-T-IL ÉCHOUÉ?

Pensez-y un instant. Yeshua n’a pas échoué. Il a conquis le RÈGNE du péché sur nous, et non l’EXISTENCE du péché (Romains 6: 6, 11, 14, 22)! C’était la promesse d’Isaïe et d’Apocalypse concernant le monde de la nouvelle alliance du ciel et de la terre, et cela a été accompli. Le péché continue d’exister dans l’ère nouvelle (Isaïe 65:20, Matthieu 12: 31-32; 1 Jean 1: 8, Apocalypse 22: 14-15) – même après la Deuxième venue – mais il n’a plus d’empire sur le peuple de Dieu.

Le dernier ennemi (la mort spirituelle, la condamnation, l’aliénation ou la séparation de Dieu), qui est le résultat du règne du péché sur nous, a été conquis. Nous avons maintenant accès à la présence de Dieu (Hébreux 9). Même si nous pouvons encore pécher, le péché ne peut plus tenir le vrai croyant dans ses pièges. L’objection du péché qui est toujours présent dans le monde non seulement ne comprend pas ce qu’il fallait restaurer (notre relation avec Dieu), mais aussi n’apprécie pas la profondeur de la nature pécheresse terrestre de l’homme et ne comprend pas ce que Yeshua a déjà accompli.

En ce qui concerne la mort, la Bible dit que Yeshua a détruit/aboli la mort (2 Timothée 1:10, cf. Romains 6:23, Hébreux 2: 14-15). Est-ce qu’il a échoué? Encore une fois, non. C’est seulement au ciel que nous allons obtenir un soulagement définitif du péché, de la mort et de la souffrance.

En effet, non seulement la mort spirituelle, mais aussi la mort corporelle a été conquise. Yeshua a dit: « Si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort » (Jean 8:51). Yeshua a fait plusieurs déclarations que l’on trouve dans le livre de Jean, y compris: « Quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais. Croyez-vous cela? « (Jean 11:26) Tout chrétien comprend cela à un niveau, et ne devrait donc pas poser la question: pourquoi voyons-nous la mort tout autour de nous? Yeshua a assuré au croyant qu’il ne mourra jamais. La mort physique sur cette terre n’est qu’une étape dans l’au-delà pour le croyant fidèle.

Dans Actes 3: 18-24, Pierre parle de RÉTABLISSEMENT DE TOUTES CHOSES:

Mais Dieu a accompli de la sorte ce qu’il avait annoncé d’avance par la bouche de tous ses prophètes, que son Messie devait souffrir. Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Yeshua le Messie, que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du RÉTABLISSEMENT DE TOUTES CHOSES, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes. Moïse a dit: YHWH votre Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi; vous l’écouterez dans tout ce qu’il vous dira, et quiconque n’écoutera pas ce prophète sera exterminé du milieu du peuple. Tous les prophètes qui ont successivement parlé, depuis Samuel, ont aussi annoncé ces jours-là.

 

Ici, Pierre se réfère à la Deuxième venue comme le temps du rétablissement, que nous avons soutenu comme survenu en l’an 70. Le passage rappelle la déclaration de Yeshua dans Luc 21:22, dans laquelle il a déclaré que toute prophétie serait accomplie dans sa génération. Pierre confirme ce délai et place ces événements spécifiquement dans son époque, ce qui renforce ce qu’il vient de dire quelques vers précédemment dans le chapitre 2 des Actes concernant les derniers jours de son temps – ainsi que des déclarations similaires qu’il ferait plus tard dans ses épîtres.

Pierre semble regrouper la Première venue et la Deuxième venue et les appliquer à son temps. C’était l’époque du rétablissement de toutes choses (verset 21)! Si cela semble impossible, peut-être avez-vous dans votre esprit une notion de rétablissement qui n’est pas exactement biblique.

Le mot traduit dans certaines Bibles comme « rétablissement » (verset 21) est traduit par « restitution » dans d’autres, y compris la traduction littéraire de Young. La restitution, définie comme une compensation pour ce qui a été perdu plutôt que de restituer ce qui a été perdu, saisit mieux ce qui s’est passé en l’an 70. La restitution concerne la justice! Les versets 23 à 25 portent clairement sur la justice et le jugement. Ainsi, ce que certains chrétiens considèrent comme le rétablissement de la planète, du moins de ce passage, est vraiment la restitution en l’an 70. L’auteur Glenn Hill soutient l’accomplissement de la prophétie dans le passé ainsi:

  1. Puisque les « temps de restitution » ont été prophétisés par les prophètes (Actes 3:24), et
  2. Puisque leurs prophéties ont été accomplies (Luc 21:22, Actes 3:24),
  3. Les « temps de restitution » prophétisés ont également été accomplis.
  4. Puisque Yeshua devait revenir quand « les temps de restitution » seraient arrivés (Actes 3:21)
  5. Alors Yeshua est venu aussi!

Allons-nous revenir à un temps sur terre où personne ne pèche? Non. La création physique doit-elle être restaurée? La réponse, à notre avis, est NON. La création physique a été considérée comme très bonne par Dieu lui-même (Genèse 1:31)! Comme cela a été suggéré dans les discussions précédentes, ce qui s’est passé à la chute était l’émergence ou la manifestation du péché de l’humanité, et donc notre séparation de Dieu (Isaïe 59: 2). Bien qu’il ait eu des ramifications sur la vie de l’homme après et sur la façon dont il a parlé de son environnement, il ne s’agissait pas du déclin de la création physique. Adam et Ève n’ont pas abîmé la terre de Dieu; Ils ont abîmé leurs relations avec Dieu. La création physique n’a pas été corrompue par la chute d’Adam et Ève, et n’a donc pas besoin d’être restaurée. En plus des autres erreurs exégétiques des futuristes, nous proposons que le restaurationisme – défini comme un futur retour à un monde terrestre utopique imaginé d’avant-la-chute – est aussi une erreur. Le christianisme explique l’histoire comme une progression linéaire plutôt que le point de vue cyclique des religions orientales.

Ainsi, la nouvelle création doit être comprise comme un rétablissement spirituel. Dans 2 Corinthiens 5:17 et Galates 6:15, Paul explique que les croyants sont déjà de NOUVELLES CRÉATIONS du Messie. L’Apocalypse a promis, dans plus de 30 passages, que les événements qui y sont décrits arriveront bientôt après que Jean a écrit le livre (« doit avoir lieu prochainement », « sur le point d’arriver », « le temps est proche », etc.). Ces choses ont été accomplies au cours du premier siècle par le jugement de Dieu contre l’Israël de l’Ancienne Alliance en l’an 70, inaugurant avec finalité le royaume de la nouvelle alliance. Nous nous réjouissons que notre rétablissement soit complet.

  1. Catalogue non exhaustif des fins du monde et des retours annoncés de Jésus. Laisser une réponse
  2. Un des mensonges du christianisme et de l’église  Laisser une réponse
  3. Obéissance Laisser une réponse
  4. « Bientôt »,  sens crétin, sens chrétien. 20 Réponses