3 faits frappants mais peu connus sur Martin Luther

3 faits frappants mais peu connus sur Martin Luther

Comme nous commémorons le jour de la Réforme (31 Octobre), voici 3 faits frappants sur le père de la Réforme: Martin Luther.

1. Luther détestait le mot « église » comme traduction pour ekklesia.

De tous les grands enseignants du christianisme, Martin Luther percevait plus clairement la différence entre l’Ecclesia du Nouveau Testament et l’église institutionnelle, et réagit avec plus d’acuité contre le quiproquo qui permettrait de les identifier. Il refusa donc de tolérer le simple mot ‘église’: il l’appela d’un terme ambigu et obscur. Dans sa traduction de la Bible, il rendit ecclesia par ‘congrégation’… Il se rendit compte que l’ecclesia du Nouveau Testament n’était tout simplement pas ‘une chose’, une ‘institution’, mais plutôt une unité de personnes, un peuple, une communion… Forte, comme l’aversion de Luther pour le mot ‘église’, les faits historiques le prouvent davantage. L’usage linguistique à la fois de la Réforme et l’ère post-réforme devait se réconcilier avec l’idée si puissamment développée de l’église, et par conséquent toute la confusion émanant de l’utilisation de ce mot ‘obscur et ambigu’ s’introduisit dans la théologie réformée. Il était impossible de remonter l’horloge d’un millénaire et demi. Le concept ‘église’ demeura irrévocablement moulé par ce processus historique de 1500 ans ».

Emil Brunner, The Misunderstanding of the Church [L‘incompréhension de l’Eglise] (Londres: Lutterworth Press, 1952), 15-16.

2. Luther détestait la pratique anabaptiste de l’interaction participative de tous les membres dans l’église comme prévu dans 1 Corinthiens 12-14.

Tragiquement, Luther et les autres réformateurs dénoncèrent violemment les anabaptistes pour la pratique de l’interaction participative de tous les membres  dans l’église.

Les anabaptistes croyaient que c’était le droit de chaque chrétien de se lever et parler dans une réunion. Ce n’était pas seulement le domaine du clergé. Luther était si opposé à cette pratique qu’il disait qu’elle venait du « tréfonds de l’enfer » et ceux qui se  rendaient coupables de cette pratique devraient être mis à mort.

Les anabaptistes croyaient et pratiquaient l’injonction de Paul dans 1 Corinthiens 14:26, 30-31 que chaque croyant a le droit de remplir une fonction à tout moment dans une réunion d’église. À l’époque de Luther, cette pratique était connue comme le Sitzrecht- « le droit de la personne-assise » »

Peter Hoover, Secret of the Strength [Secret de la force], 58-59.

Luther annonça que « le Sitzrecht venait du tréfonds de l’enfer » et était une « perversion de l’ordre public. . . une atteinte au respect de l’autorité. » En 20 ans, plus de 116 lois furent adoptées en terres germaniques à travers toute l’Europe faisant de « l’hérésie anabaptiste » un crime capital.

Peter Hoover, Secret of the Strength [Secret de la force], 59, 198.

En outre, Luther estima que si l’église entière administrait publiquement la Cène du Seigneur ce serait une « confusion déplorable. » Dans l’esprit de Luther, une personne doit assumer cette tâche: le pasteur.

Paul Althaus, The Theology of Martin Luther [La théologie de Martin Luther] (Philadelphia: Fortress Press, 1966), 323.

3. Luther n’a pas utilisé le mot « prêtre » pour désigner les nouveaux membres du clergé de la Réforme, mais le ministère était essentiellement le même.

Luther n’a pas aimé utiliser le mot prêtre pour définir les nouveaux ministres protestants. Il écrit: « Nous ne pouvons ni ne devons donner le nom de prêtre à ceux qui sont en charge de la Parole et des sacrements parmi le peuple.

La raison pour laquelle ils ont été appelés prêtres est soit en raison de la coutume des peuples païens ou comme un vestige de la nation juive. Le résultat est grandement préjudiciable à l’église. » Ainsi il adopta les termes prédicateur, ministre, et pasteur pour se référer à cette charge.

Luther, « A propos du ministère, » Oeuvres de Luther, 35, 40.

Cependant, il n’y eut pas beaucoup de changement entre le prêtre catholique et le pasteur protestant. Pendant la Réforme, le « prêtre » fut transformé en « prédicateur », en « ministre », et enfin en « pasteur. » Beaucoup ont soutenu à juste titre l’idée que le pasteur protestant n’est rien de plus qu’un prêtre catholique légèrement réformé. (Ils parlent de la charge et non de l’individu.)

Les prêtres catholiques avaient sept fonctions au moment de la Réforme: la prédication; les sacrements; les prières pour le troupeau; une vie pieuse disciplinée; les rites de l’église; l’aide aux pauvres; et la visite des malades. Le pasteur protestant prend sur lui toutes ces responsabilités- en plus de bénir parfois des événements civiques.

Le célèbre poète John Milton a résumé la situation en disant: « Le nouveau presbytre n’est que l’ancien prêtre, mais au sens large. »

Pour plus de détails sur la contribution de Martin Luther aux pratiques actuelles de l’église protestante et évangélique, voir Le christianisme paganisé ? (Oasis, 2013, avec George Barna).

Publicités

Articles récents

Prier…

Prière.jpgDe quelque secte ou dénomination chrétienne que tu viennes, il t’a été enseigné une prière, celle qu’a dite le Seigneur Yeshua Lui-même, le Notre Père.
Excellente prière, requête parfaite.
Sauf… sauf que cette adresse au Père est datée, sortie depuis deux mille ans de l’inaccompli et quand elle demeurerait dans sa forme un parfait exemple, elle est caduque dans son esprit.
Car,
Certes, Notre Père est toujours céleste
Mais Son règne/royaume est déjà venu, et Il vit en Ses terrestres enfants
Sa volonté est effective sur cette terre comme aux cieux
Il nous donne déjà chaque jour notre pain, car la Bonne Nouvelle de la réconciliation en Son Fils n’exige plus de personne d’aller sur les chemins sans bourse ni argent
Il nous a déjà pardonné nos offenses en Son Fils qui S’est donné à la croix du Calvaire
… et quiconque a réellement conscience de ce pardon acquis gratuitement ne peut qu’exercer le pardon
Le Père ne nous tente pas, mais nous sommes amorcés et attirés par nos convoitises qui ruinent nos vies
Le mal nous environne et vole comme un oiseau au-dessus de nos têtes, c’est notre responsabilité de l’empêcher de se poser et de faire son nid sur nos têtes
Et quand le mal serait le Jour de Yah, ce Jour est venu il y a deux millénaires sur la nation qui encourait le Jugement
Oui, à Lui sont pour toujours toute gloire, toute puissance…
Une prière est un discours de création, et non d’itération récitée. On ne « récite » donc pas des prières qui ne disent pas nos mercis les plus abrupts, nos préoccupations intimes et nos requêtes propres.
Le Messie nous a donné le secret de la prière: prier en secret. Les prières spectacles, les prières-brouhaha n’ont de pertinence que pour les âmes engourdies et enivrées de religion.
Avec quels mots pries-tu?
Récites-tu les paroles d’un autre?
Le Père est celui de TOUS Ses enfants, toi y compris. Un théologien, un pasteur, un prêtre, un religieux de quelque acabit n’a pas plus l’oreille du Père que la plus modeste des âmes ici-bas. Prie avec tes faibles mots. Prie avec ton vocabulaire. Prie avec ta syntaxe. Prie avec ton coeur. Parle à ton Père. Fais-le librement en tout temps et en tous lieux.
La religion a prostitué, marchandisé, labellisé, droitd’auteurisé des « prières ». Dans l’intimité de ta chambre, le coeur à coeur avec ton Père te permet d’être toi sous la lumière de l’Esprit saint. Tu peux certes emprunter des mots, des expressions, des tournures qui ne sont pas de toi, mais reste toi-même, car si la religion transforme des « séquences de prières » en spectacle, devant ton Père, tu es nu(e), sans apprêt, sans fard…
Le Père n’est pas sourd et entend les adresses de Tous Ses enfants. Circoncis donc tes oreilles spirituelles et entend la réponse du Père. Car Il répond.
  1. À propos du jugement… Une réponse
  2. LE RÉTABLISSEMENT/LA RESTAURATION Une réponse
  3. Catalogue non exhaustif des fins du monde et des retours annoncés de Jésus. Une réponse
  4. Un des mensonges du christianisme et de l’église  Une réponse