ÉGRATIGNEZ UN(E) CHRÉTIEN (NE) et vous verrez de quoi il (elle) est fait (e)

ÉGRATIGNEZ UN(E) CHRÉTIEN (NE) ET VOUS VERREZ DE QUOI IL (ELLE) EST FAIT (E)

Frank Viola

Alors que la plupart des posts de mon blogΑΩ sont pour les chrétiens dans le service, celui-ci est singulièrement tel. . . et je crois que Dieu a mis sur mon cœur de le partager. Ainsi, je ne vais pas ignorer la petite voix, même s’il serait plus pratique de le faire.

J’ai suivi le Seigneur depuis plus de 30 ans, et j’ai fait une observation pour laquelle j’entends peu de gens parler aujourd’hui.

Elle peut se résumer par cette phrase: Égratignez un(e) chrétien (ne) et vous saurez ce qu’il y a dessous.

Des communicateurs doués, il y en a à la pelle.

Mais quand un « dirigeant » chrétien est égratigné et réagit dans la chair, sa « direction » ne vaut pas tripette.

En revanche, les dirigeants chrétiens qui ont été suffisamment brisés devant Dieu en qui ils sont inoffençables… les dirigeants chrétiens qui répondent gentiment quand ils sont critiqués. . . les dirigeants chrétiens qui réagissent avec grâce si quelqu’un les corrige… les chrétiens qui ne rendent pas le mal pour le mal, même en cas de persécution ou de mauvais traitements… sont plus rares que les molaires de poulet.

En revanche, les « dirigeants » chrétiens qui se défendent au quart de tour et attaquent ceux qui les croisent (intentionnellement ou involontairement) sont innombrables.

Laissez-moi vous exemplifier mon propos.

Je parlais à une conférence une fois avec un groupe d’autres orateurs. Lorsque la conférence s’acheva, certains d’entre nous qui étions de service eûmes notre déjeuner ensemble.

L’un des orateurs, un pasteur bien connu, était bouleversé. Alors il commença à partager avec nous une lettre qu’il avait reçue d’une de ses fidèles.

Il nous répéta la lettre. Elle était écrite par une femme qui lui apportait un mot gentil de correction. Elle avait essayé de joindre ce pasteur au sujet de quelque chose d’important pour elle et elle était perplexe de sa non réponse pendant une longue période de temps, malgré ses nombreuses tentatives pour obtenir de lui qu’il réponde.

Au lieu de se saisir du problème, le pasteur bomba le torse et nous raconta comment cette femme avait tort d’attendre qu’il réponde quand elle voulait.

Il sortit l’artillerie lourde pour cette femme. Il lui écrivit une lettre dans laquelle il se défendait. Sa lettre était ponctuée de commentaires sarcastiques dans le cadre de sa défense. En effet, il la « remettait à sa place ».

Cela prouvait une seule chose. Bien que cet homme pût bien parler devant un public, il ne savait rien de la croix de Jésus-Christ.

Il ne savait rien du brisement.

Il ne savait rien au sujet de perdre.

Sa réaction était purement charnelle.

Ce qui était tout aussi triste, c’est qu’aucun de ses pairs ne voyait distinctement la source du problème, et aucun d’entre eux ne l’interpella dessus. Au lieu de cela, ils ne faisaient que confirmer sa réaction charnelle.

Permettez-moi de vous dire quelque chose. Avec tous les discours sur « la condition de disciple » et « la mission » aujourd’hui, si la croix n’est pas au premier plan et au centre de la vie de ceux qui enseignent sur ces choses. . . je ne veux pas parler de la partie salvifique de la croix, mais la partie « porter » et « mourir ». . . alors ces gens ne savent pas grand chose à propos de la condition de disciple.

La réalité de votre condition de disciple est dévoilée lorsque vous êtes égratigné.

Quelqu’un qui vraiment marche dans le Seigneur, non pas dans une rhétorique pieuse, mais en réalité, peut être égratigné et il ne sera pas sur la défensive pour riposter.

Il sait comment absorber coups, chocs, heurts, et présenter l’Esprit de l’Agneau à la face de la critique et même de la persécution.

Si ce pasteur bien connu s’en est remis à la chair, parce qu’une sœur en Christ manifestait sa consternation qu’il ne lui ait pas répondu; que ferait-il s’il était vraiment attaqué injustement et calomnié par quelqu’un qui avait des motifs malveillants?

 » Si tu as couru avec les piétons, et qu’ils t’aient lassé, comment rivaliseras-tu avec les chevaux ? Et si, dans une terre de paix, tu te crois en sécurité, que feras-tu quand le Jourdain sera enflé ?  »

~ Jérémie 12:5

Je ne pense pas que je doive répondre à cette question pour vous.

Je ne suis pas en mesure de dire que ce fut la seule fois que j’aie vu ce genre de chose.

J’ai observé des chrétiens célèbres réagir de manière similaire (défensivement et dans la chair), et je me dis: « Comment cette personne peut-elle conduire le peuple de Dieu tout en ne montrant aucun signe de la croix dans sa vie? »

Donc, cher dirigeant chrétien – actuel ou aspirant – comment réagissez-vous quand quelqu’un vous égratigne?

Ne faites pas l’erreur de faire taire votre conscience sur ce point et de vous justifier. Nous faisons tous des erreurs et nous la ramenons tous de temps en temps.

Mais si la réaction dans la chair est l’impulsion foncière et qu’il n’y a pas d’instinct en vous qui vous dit que cette réaction est charnelle, alors il y a quelque chose de désespérément faux dans votre cœur.

Peu m’importe combien de suiveurs vous avez, la taille de votre influence, et quels grands noms vous pouvez exhiber. Cette question plonge profondément à la réalité nue de ce dont vous êtes fait.

Votre réaction à de telles choses va révéler plus sur votre stature spirituelle que tous les sermons répétitifs que vous avez délivrés ou les livres que vous avez signés ou les « grands » à qui vous avez serré la main.

 

Considérez cela. C’est une idée.

FV

ΑΩ Blog de FV

Lire également Chrétien, serviteur, d’accord: mais-as-tu-connu-le-brisement-selon-elohim-

Publicités

Articles récents

Que de malentendus… La suite par M. Bradley

Réflexion de Michael Bradley qui peut aider une âme éprise de vérité à déménager des malentendus grossiers qui pavent le chemin du christianisme.
vérité
‘Si l’on s’en tient à la conception des chrétiens, tout le monde est sous la loi …
Peu importe que Dieu ait dit à l’Israël de l’Ancienne Alliance qu’aucune autre nation n’avait la loi (Ps 147: 19-20).
Selon cette conception chrétienne, tout le monde est condamné en vertu de cette loi … qui est morte en l’an 70 (Matt. 5:18). Selon l’apôtre Paul, « là où il n’y a pas de loi, le péché n’est pas imputé» (Rom. 5: 13), ce qui implique que personne n’a eu besoin du salut depuis près de deux mille ans.
Si l’on s’en tient à la conception des chrétiens, tout le monde est coupable de péché, auquel Jésus a mis fin en l’an 70 (Dan 9:24).
Selon cette conception chrétienne, tout le monde a besoin de la rédemption … qui était seulement pour ceux qui étaient sous l’Ancienne Alliance (Luc 1:68, Héb. 9:15).
Selon cette conception chrétienne, tout le monde a besoin de salut … lequel n’était destiné qu’à Israël (Matt. 1:21, Actes 5:31).
Selon cette conception chrétienne, tout le monde a besoin du pardon des péchés … qui ne leur ont jamais été imputés (Rom. 5:13).
Tout le monde a besoin d’entendre l’Évangile, qui était destiné à tout le monde de l’Israël de l’Ancien Testament, et non aux incroyants païens du monde entier.
Selon cette conception chrétienne, quiconque entend et ne se soumet pas à cet évangile va dans un enfer éternel s’il n’aime pas le dieu qui le lui enverrait. Ceux qui font une petite prière et arrêtent de faire ce qui ne leur a jamais été imputé comme péché, deviennent soudainement libres d’une loi sous laquelle ils n’ont jamais été et croient qu’ils sont sous une Nouvelle Alliance qui était destinée seulement à Israël (Jérémie 31 : 31,33). Ils croient alors qu’ils ont été adoptés comme fils, même si l’apôtre Paul a enseigné que l’adoption était pour Israël (Rom. 9: 3-4, Gal. 4: 5).
Quelqu’un a détourné un récit évangélique destiné exclusivement à Israël et l’a fait sien, avec une eschatologie futuriste complètement nouvelle, une sotériologie dirigée contre les non-judéens païens et un besoin de rédemption et d’adoption des promesses d’alliance destinées à Israël (Romains 9: 3-4).
Si l’on doit être cohérent avec l’application de la pertinence de l’auditoire, et à la lumière de qui sont les destinataires des Écritures et pour qui étaient la rédemption et le salut, nous devrions être prêts à abandonner les suppositions que nous faisons partie du plan rédempteur de Dieu, que Jésus est venu mourir pour nous … ce qui n’est guère plus que le narcissisme chrétien. Bien que nous puissions apprendre beaucoup de la Bible, y compris comment suivre Jésus en faisant le bien et non le mal, d’après ce que je peux dire, pas un seul iota ou un trait du texte biblique ne concerne directement quelqu’un aujourd’hui.
Après l’an 70, le christianisme doit être la tromperie et le détournement religieux les plus massifs dans l’histoire humaine. Il est parfois un peu accablant de considérer que littéralement des milliards de personnes ont ignoré la pertinence de l’auditoire dans les Écritures et se sont plutôt insérées dans un récit rédempteur qui ne leur appartenait absolument pas. Toutes les tortures inutiles, les martyres et autres morts à cause d’une foi basée entièrement sur une prémisse fausse … juste ahurissant. Tous les grands penseurs et érudits d’aujourd’hui et de l’antiquité … sont passés à côté. Tous les grands débats théologiques, tous les conseils, la soi-disant réforme, la contre-réforme, tous les mouvements, les réveils et les espoirs d’être sauvés par une doctrine ou une autre … étaient tous basés sur une fausse prémisse que Jésus est mort pour leurs péchés, quand les Écritures affirment que c’était exclusivement Israël que Jésus était venu sauver.’
NDT. Ceci peut s’appeler une hérésie, à laquelle j’apporte ma caution, contiguité de sentiments oblige, car aimer Jésus en l’extrayant de la saga d’Israël, c’est juste se vautrer dans le confort d’une illusion qui n’est qu’un hologramme religieux. Yeshua a tant aimé le monde, mais ce monde-là a des frontières qu’il n’est pas inintéressant de connaître. Aujourd’hui, il fait du bien à l’humanité en dépit ce qu’on veut appeler « la foi ».
 
  1. Que de malentendus Laisser une réponse
  2. Prier… Laisser une réponse
  3. À propos du jugement… Une réponse
  4. LE RÉTABLISSEMENT/LA RESTAURATION Une réponse