ÉGRATIGNEZ UN(E) CHRÉTIEN (NE) et vous verrez de quoi il (elle) est fait (e)

ÉGRATIGNEZ UN(E) CHRÉTIEN (NE) ET VOUS VERREZ DE QUOI IL (ELLE) EST FAIT (E)

Frank Viola

Alors que la plupart des posts de mon blogΑΩ sont pour les chrétiens dans le service, celui-ci est singulièrement tel. . . et je crois que Dieu a mis sur mon cœur de le partager. Ainsi, je ne vais pas ignorer la petite voix, même s’il serait plus pratique de le faire.

J’ai suivi le Seigneur depuis plus de 30 ans, et j’ai fait une observation pour laquelle j’entends peu de gens parler aujourd’hui.

Elle peut se résumer par cette phrase: Égratignez un(e) chrétien (ne) et vous saurez ce qu’il y a dessous.

Des communicateurs doués, il y en a à la pelle.

Mais quand un « dirigeant » chrétien est égratigné et réagit dans la chair, sa « direction » ne vaut pas tripette.

En revanche, les dirigeants chrétiens qui ont été suffisamment brisés devant Dieu en qui ils sont inoffençables… les dirigeants chrétiens qui répondent gentiment quand ils sont critiqués. . . les dirigeants chrétiens qui réagissent avec grâce si quelqu’un les corrige… les chrétiens qui ne rendent pas le mal pour le mal, même en cas de persécution ou de mauvais traitements… sont plus rares que les molaires de poulet.

En revanche, les « dirigeants » chrétiens qui se défendent au quart de tour et attaquent ceux qui les croisent (intentionnellement ou involontairement) sont innombrables.

Laissez-moi vous exemplifier mon propos.

Je parlais à une conférence une fois avec un groupe d’autres orateurs. Lorsque la conférence s’acheva, certains d’entre nous qui étions de service eûmes notre déjeuner ensemble.

L’un des orateurs, un pasteur bien connu, était bouleversé. Alors il commença à partager avec nous une lettre qu’il avait reçue d’une de ses fidèles.

Il nous répéta la lettre. Elle était écrite par une femme qui lui apportait un mot gentil de correction. Elle avait essayé de joindre ce pasteur au sujet de quelque chose d’important pour elle et elle était perplexe de sa non réponse pendant une longue période de temps, malgré ses nombreuses tentatives pour obtenir de lui qu’il réponde.

Au lieu de se saisir du problème, le pasteur bomba le torse et nous raconta comment cette femme avait tort d’attendre qu’il réponde quand elle voulait.

Il sortit l’artillerie lourde pour cette femme. Il lui écrivit une lettre dans laquelle il se défendait. Sa lettre était ponctuée de commentaires sarcastiques dans le cadre de sa défense. En effet, il la « remettait à sa place ».

Cela prouvait une seule chose. Bien que cet homme pût bien parler devant un public, il ne savait rien de la croix de Jésus-Christ.

Il ne savait rien du brisement.

Il ne savait rien au sujet de perdre.

Sa réaction était purement charnelle.

Ce qui était tout aussi triste, c’est qu’aucun de ses pairs ne voyait distinctement la source du problème, et aucun d’entre eux ne l’interpella dessus. Au lieu de cela, ils ne faisaient que confirmer sa réaction charnelle.

Permettez-moi de vous dire quelque chose. Avec tous les discours sur « la condition de disciple » et « la mission » aujourd’hui, si la croix n’est pas au premier plan et au centre de la vie de ceux qui enseignent sur ces choses. . . je ne veux pas parler de la partie salvifique de la croix, mais la partie « porter » et « mourir ». . . alors ces gens ne savent pas grand chose à propos de la condition de disciple.

La réalité de votre condition de disciple est dévoilée lorsque vous êtes égratigné.

Quelqu’un qui vraiment marche dans le Seigneur, non pas dans une rhétorique pieuse, mais en réalité, peut être égratigné et il ne sera pas sur la défensive pour riposter.

Il sait comment absorber coups, chocs, heurts, et présenter l’Esprit de l’Agneau à la face de la critique et même de la persécution.

Si ce pasteur bien connu s’en est remis à la chair, parce qu’une sœur en Christ manifestait sa consternation qu’il ne lui ait pas répondu; que ferait-il s’il était vraiment attaqué injustement et calomnié par quelqu’un qui avait des motifs malveillants?

 » Si tu as couru avec les piétons, et qu’ils t’aient lassé, comment rivaliseras-tu avec les chevaux ? Et si, dans une terre de paix, tu te crois en sécurité, que feras-tu quand le Jourdain sera enflé ?  »

~ Jérémie 12:5

Je ne pense pas que je doive répondre à cette question pour vous.

Je ne suis pas en mesure de dire que ce fut la seule fois que j’aie vu ce genre de chose.

J’ai observé des chrétiens célèbres réagir de manière similaire (défensivement et dans la chair), et je me dis: « Comment cette personne peut-elle conduire le peuple de Dieu tout en ne montrant aucun signe de la croix dans sa vie? »

Donc, cher dirigeant chrétien – actuel ou aspirant – comment réagissez-vous quand quelqu’un vous égratigne?

Ne faites pas l’erreur de faire taire votre conscience sur ce point et de vous justifier. Nous faisons tous des erreurs et nous la ramenons tous de temps en temps.

Mais si la réaction dans la chair est l’impulsion foncière et qu’il n’y a pas d’instinct en vous qui vous dit que cette réaction est charnelle, alors il y a quelque chose de désespérément faux dans votre cœur.

Peu m’importe combien de suiveurs vous avez, la taille de votre influence, et quels grands noms vous pouvez exhiber. Cette question plonge profondément à la réalité nue de ce dont vous êtes fait.

Votre réaction à de telles choses va révéler plus sur votre stature spirituelle que tous les sermons répétitifs que vous avez délivrés ou les livres que vous avez signés ou les « grands » à qui vous avez serré la main.

 

Considérez cela. C’est une idée.

FV

ΑΩ Blog de FV

Lire également Chrétien, serviteur, d’accord: mais-as-tu-connu-le-brisement-selon-elohim-

Articles récents

À propos du jugement…

Par Jonathan A. Forgor

« Le jour du jugement? »

Pour tordre le cou à une fable églisienne.

 « Le jugement » concernait seulement les douze tribus d’Israël. 

Luc 22: 28-30

 « Vous, vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes épreuves; c’est pourquoi je dispose du royaume en votre faveur, comme mon Père en a disposé en ma faveur, afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume, et que vous soyez assis sur des trônes, pour juger les douze tribus d’Israël. »

Les apôtres étaient ceux qui devaient juger la maison d’Israël. Ce jugement n’a rien à voir avec chaque âme contemporaine. 

Cela concernait les douze tribus d’Israël. Savoir qu’ils seraient les témoins du jugement qui allait frapper la nation en l’an 70. Lisons l’entretien entre Jésus et Pierre (le disciple), à propos de salut et jugement. 

Matthieu 19: 22-30

« Après avoir entendu ces paroles, le jeune homme s’en alla tout triste; car il avait de grands biens.

Jésus dit à ses disciples: Je vous le dis en vérité, un riche entrera difficilement dans le royaume des cieux. Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.

Les disciples, ayant entendu cela, furent très étonnés, et dirent: Qui peut donc être sauvé?

Jésus les regarda, et leur dit: Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible.

Pierre, prenant alors la parole, lui dit: Voici, nous avons tout quitté, et nous t’avons suivi; qu’en sera-t-il pour nous?

Jésus leur répondit: Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l’homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m’avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d’Israël.

Et quiconque aura quitté, à cause de mon nom, ses frères, ou ses soeurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, ou ses maisons, recevra le centuple, et héritera la vie éternelle.

Plusieurs des premiers seront les derniers, et plusieurs des derniers seront les premiers. »

Jésus leur a répondu parfaitement. Ils jugeraient les douze tribus d’Israël. Cela n’avait rien à voir avec le jugement du monde entier. Ce qui est arrivé en l’an 70. 

Pourquoi cela en l’an 70? 

Les jours avant la destruction étaient les derniers jours dans lesquels Israël avait des tribus. Depuis, Israël n’a plus jamais été un collectif où les uns et les autres s’identifient par leurs tribus. Les rouleaux généalogiques des tribus ont été complètement détruits en même temps que le temple. 

Ces jours, la Bible les appelle « les derniers jours ». 

Je ne sache pas qu’il y ait aujourd’hui de tribu d’Israël. 

Il n’y a plus de tribu…

Et la ville ou le pays qui devait être jugé était Jérusalem d’après Jésus. 

Matthieu 23: 37-39

« Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu! Voici, votre maison vous sera laissée déserte; car, je vous le dis, vous ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez: Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! »

Luc 13: 34-35

« Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu! Voici, votre maison vous sera laissée; mais, je vous le dis, vous ne me verrez plus, jusqu’à ce que vous disiez: Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! »

Luc 19: 41-44

« Comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle, et dit: Si toi aussi, au moins en ce jour qui t’est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t’environneront de tranchées, t’enfermeront, et te serreront de toutes parts; ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le temps où tu as été visitée. »

 Luc 21: 20-22

« Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche.

Alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes, que ceux qui seront au milieu de Jérusalem en sortent, et que ceux qui seront dans les champs n’entrent pas dans la ville.

Car ce seront des jours de vengeance, pour l’accomplissement de tout ce qui est écrit. »

Tout cela a été accompli en l’an 70. C’est évidemment par les paroles de Jésus que sont révélés la ville ou le pays qui devaient souffrir pour leur « désobéissance « . 

Tout autre interprétation de ce que Jésus a dit pour faire résonner cela comme si cela devait se produire dans notre avenir, consiste complètement à faire de Jésus un menteur. 

C’est ce qu’enseigne notre christianisme actuel.

Qui fait Jésus menteur par ses fausses doctrines. 

Lisez ces passages soigneusement, même les pharisiens savaient que jugement venait sur leur nation de la main des Romains.

Jean 11: 45-53

« Plusieurs des Juifs qui étaient venus vers Marie, et qui virent ce que fit Jésus, crurent en lui. Mais quelques-uns d’entre eux allèrent trouver les pharisiens, et leur dirent ce que Jésus avait fait.

Alors les principaux sacrificateurs et les pharisiens assemblèrent le sanhédrin, et dirent: Que ferons-nous? Car cet homme fait beaucoup de miracles.

Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation.

L’un d’eux, Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là, leur dit: Vous n’y entendez rien; vous ne réfléchissez pas qu’il est dans votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas.

Or, il ne dit pas cela de lui-même; mais étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. Et ce n’était pas pour la nation seulement; c’était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés.

Dès ce jour, ils résolurent de le faire mourir. »

Dans les propres termes des Pharisiens, les Romains allaient détruire leur temple et leur nation. Ils pensaient, en tuant Jésus, que leur nation serait sauvée. Mais c’est plutôt le jugement qui survint.

Les seuls jours DANS L’HISTOIRE OÙ ISRAEL À ÉTÉ ENCERCLÉE  PAR LES ROMAINS ET LA NATION ENTIÈRE DÉTRUITE, ÇA A ÉTÉ EN 67-70.

Tout autre jour en dehors de l’an 70, ferait de la Bible un mensonge.

Soit la Bible est vraie, soit nos dirigeants d’église sont dans l’erreur et sans crédit.

Vous n’êtes pas à Jérusalem pour être jugé.

Car le jugement dont il est question dans l’Écriture, c’est celui de JERUSALEM ET DES DOUZE TRIBUS D’ISRAËL.

  1. LE RÉTABLISSEMENT/LA RESTAURATION Laisser une réponse
  2. Catalogue non exhaustif des fins du monde et des retours annoncés de Jésus. Laisser une réponse
  3. Un des mensonges du christianisme et de l’église  Laisser une réponse
  4. Obéissance Laisser une réponse