Berger selon Éphésiens 4:11 et « Pasteur » moderne made in Réforme

Berger selon Éphésiens 4:11 et « Pasteur » moderne made in Réforme

Entre la colonne de gauche et celle de droite, beaucoup verront une « évolution ». Il y a manifestement eu des changements. Ces changements vont-ils dans le sens de l’accomplissement de ce qu’annonce le texte de la Deuxième Alliance*? Sont-ils l’incubateur d’une plus grande dépendance à Christ? A la cohésion du Corps? A quoi sert la soixantaine d’exhortations « les uns les autres/l’un l’autre » dans la Deuxième Alliance? En questionnant le sens de ce que nous faisons et vivons en tant que suiveurs de Yeshua, disciples/frères/sœurs/saints, nous ne devons jamais éluder la responsabilité du chrétien qui est devenue une chimérique plaisanterie avec la perversion de la sacrificature que doivent exercer les enfants d’Elohim. Serviteurs, mais encore et surtout: enfants.

*1 Pierre 2:9 Mais vous êtes la race élue, la Sacrificature royale, la nation sainte, le peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière

Le « berger » du premier siècle Le « pasteur » moderne
Ne porte pas le titre de « berger » devant son nom Est traité comme « pasteur » par tous ceux qui ne le connaissent pas personnellement, ou quand il est présenté à de nouvelles personnes
Aucune discrimination entre lui et les autres personnes qu’il rencontre régulièrement – considéré comme un membre  »normal » du groupe, uniquement avec un don différent Son titre et sa position le hissent comme étant une célébrité – on attend toujours de lui qu’il dirige lors des rencontres avec les gens de son groupe (assemblée)
Aucune formation ou qualification formelles – il était tout simplement reconnu au sein du groupe pour la fonction qu’il remplissait en raison de son don de berger qu’il avait reçu A fréquenté le séminaire ou la fac de théologie et obtenu une qualification qui permet (et nécessite) qu’il exerce dans plus de domaines que ceux pour lesquels il est réellement doué
Ne recevait pas de salaire pour avoir naturellement exercé le don reçu de Dieu- Reçoit un salaire pour être un ouvrier qualifié et multitâche
N’avait pas d’affaires ecclésiastiques formelles à superviser (budgets, comités, aide sociale, programmes de construction, etc.) Doit gérer son assemblée locale comme une machine bien huilée (notamment le côté entrepreneurial)
S’asseyait autour d’une table avec les autres, se regardant les uns les autres dans les yeux et parlaient/prophétisaient/chantaient/enseignaient à tour de rôle) Il est la seule personne dont le don est mis en évidence chaque semaine, tandis que son auditoire passif, soumis n’est pas amené à participer
Expérimentait la satisfaction d’être encouragé et équipé par les autres membres de son groupe Rarement du côté de ceux qui reçoivent les encouragements au cours des réunions – on attend de lui qu’il soit toujours heureux, confiant et plein de nouvelles révélations
Avait la joie de voir les autres membres de son groupe gagner en maturité et développer leurs dons, comme ils étaient amenés à les pratiquer au cours de chaque réunion Doit fixer les regards avides de son assemblée tous les dimanches, faisant de son mieux pour les équiper, mais ne parvenant pas à voir qu’il est en fait l’obstacle qui empêche que cela se produise
Publicités