Jésus: Un plus grand Souverain Sacrificateur

Jésus: Un plus grand Souverain Sacrificateur
28 septembre 2014

IMG_3198.JPG

L’article qui suit est un extrait du livre Jesus Now [ Jésus maintenant] par Frank Viola

Contrairement au Souverain Sacrificateur de l’Ancien Testament, qui devait entrer dans le sanctuaire chaque année pour obtenir l’expiation des péchés de la nation grâce à l’effusion du sang des animaux, Jésus Christ est entré dans le Sanctuaire céleste une fois pour toutes avec Son propre sang.

Par cet acte sacrificiel, Jésus a obtenu une rédemption éternelle (Hébreux 9:12-28).

Mais ce n’est pas tout.

Non seulement Jésus pardonne tous nos péchés -nos transgressions passées, présentes, et futures- par Son sang versé sur la croix, mais Il a aussi détruit la puissance du péché.

Sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit annulé, pour que nous ne servions plus le péché. Car celui qui est mort est justifié du péché. (Romains 6:6-7)

Au-delà, le sang de Christ -ayant satisfait à la sainteté de Dieu- nettoie notre conscience, supprime notre culpabilité, annihile notre honte, et enlève notre sens de la condamnation.

Toutes ces choses font que la nouvelle alliance est beaucoup plus puissante que l’ancienne alliance.

Une meilleure alliance

J’observe que beaucoup de chrétiens vivent aujourd’hui comme des gens sous l’ancienne alliance plutôt que comme des gens sous la nouvelle alliance. Selon Hébreux, la nouvelle alliance est de loin supérieure à l’ancienne (Hébreux 7: 19-21.) C’est parce que Jésus est plus grand que n’importe quel autre sacrificateur. Ainsi, il est appelé « grand souverain sacrificateur » (4:14).

Considérons la relation étroite que Abraham, Moïse et David avaient avec Dieu. L’auteur des Hébreux a fait une déclaration assez remarquable à cet égard. L’auteur dit que ceux qui sont sous la nouvelle alliance ont avec Dieu une relation plus étroite que nos ancêtres spirituels:

Et tous ceux-ci, ayant reçu témoignage par la foi, n’ont pas reçu ce qui avait été promis, Dieu ayant eu en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas à la perfection sans nous. (Hébreux 11:40)

Votre relation avec YHWH est-elle plus étroite et plus glorieuse que celle d’Abraham, Moïse et David ? Si elle ne l’est pas, alors vous -comme beaucoup d’autres croyants- vivez comme un Israélite de l’Ancien Testament alors que Dieu vous a donné Sa nouvelle alliance scellée par le sang de Son Fils précieux.

En d’autres termes, vous vivez bien en dessous de votre potentiel et de ce que Dieu veut pour vous.

Une conscience lavée

C’est la présence du péché dans notre conscience qui empêche la communion sans restriction dont nous pouvons jouir avec Dieu. Mais le ministère sacerdotal de Jésus purifie notre conscience. Cela signifie que le sang du Christ enlève notre culpabilité, la honte, et la condamnation qui nous débilite si souvent.

L’auteur de l’épître aux Hébreux a fait valoir que le sang des taureaux et des boucs ne pouvait enlever au peuple de Dieu « la conscience de leurs péchés ». Cela signifie que même si le souverain sacrificateur de l’Ancien Testament répandait le sang des boucs et des taureaux pour couvrir les péchés du peuple, les gens étaient toujours conscients de leurs propres péchés. Leur culpabilité demeurait. Leurs consciences les condamnaient encore.

En revanche, le sang de Jésus enlève la conscience du péché de nos esprits, nous donnant une conscience pure et propre, nous faisant nous sentir comme si nous n’avions jamais péché (Hébreux 9: 1-14; 10:1-22).

Comment est-ce possible? C’est parce que le sang de Christ était suffisant pour satisfaire Dieu. Il était suffisant pour te pardonner. Et quand Dieu pardonne, Il ne se souvient plus. L’auteur de l’épître aux Hébreux dit à deux reprises que dans le cadre de la nouvelle alliance Dieu ne « se souviendra plus de leurs péchés » (8:12; 10:17).

Par conséquent, les seules personnes sur cette terre qui ne devraient jamais se sentir coupables sont les chrétiens.

Acceptés dans le Bien-Aimé

Je pense qu’il est important que nous soyons constamment conscients que Jésus-Christ nous accepte tels que nous sommes, pleinement et complètement. Par conséquent, c’est une erreur de mesurer l’acceptation de Dieu par votre situation ou même par vos actes. Donc, beaucoup de chrétiens sont coincés sur le tapis roulant de la performance religieuse. Ils ont érigé leur conduite en base de leur statut auprès de Dieu.

Si vous regardez une télévision chrétienne ou écoutez une radio chrétienne, un grand pourcentage des prédicateurs modernes présentent un évangile de la condamnation. Leur message peut se résumer à ce qui suit: « Il faut faire mieux pour rendre Dieu heureux. » Par notre propre force, par notre propre énergie, il faut « travailler à notre salut » avec beaucoup de crainte et tremblement. C’est à une sorte de travail éreintant qu’on est ainsi appelé.

Cela donne naissance à ce que j’appelle le syndrome du chrétien fantôme. Le chrétien fantôme est le moi imaginaire à qui vous vous comparez. Vous regardez le chrétien fantôme et vous vous dites: Un jour, je serai comme lui. Je vais essayer plus et encore d’être un bon chrétien.

Ne vous-y trompez pas. Nous nous rapportons à Christ tous les jours de la même manière que nous l’avons fait le premier jour de notre cheminement de foi; totalement impuissants dans nos propres efforts, ayant toujours besoin d’un Sauveur qui est le seul à nous guérir et nous transporter. Colossiens 2: 6 le dit mieux: « Ainsi donc, conformément à la manière dont vous avez reçu Christ Jésus le seigneur, conduisez-vous comme étant unis à lui« .
En raison de la vérité qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement, nous sommes toujours dans la même posture -dans le besoin absolu de Sa grâce et de Son travail dans nos cœurs. Nous n’allons pas au-delà. Ce n’est que par le sang versé du Christ que vous vous tenez dans la perfection sans péché absolu du Christ Lui-même. Par le sang, les perfections de Jésus peuvent vous être accordées.

Le sang de Christ était suffisant pour satisfaire la sainte justice de Dieu, n’est-ce pas? C’était assez pour satisfaire ses exigences, non? La question, alors, est réglée pour toujours. La perfection du Seigneur coule pour vous. Jésus est l’Agneau sans tache de Dieu pour vous vers Dieu et pour Dieu vers vous.

Donc, si vous vous êtes repenti et vous êtes confié dans le Christ, en ce moment vous vous tenez dans Sa perfection.

C’est un don. Vous n’avez rien fait pour l’obtenir. Si vous choisissez de rester en vous-même, vous allez continuer à avoir une conscience condamnée. Le chrétien fantôme émergera pour vous accuser, et vous ramperez en efforts désespérés sur le tapis roulant de la performance religieuse.

Votre acceptation devant un Dieu saint n’est pas une question d’effort ou de réalisation. Tout repose sur ce que Christ a fait. Par le sang de Christ qui a été versé pour vous, vous avez fait la paix avec Dieu.

Ainsi s’approcher de Dieu ne doit jamais être basé sur vos réalisations ou vos œuvres, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Cela doit toujours être basé uniquement sur le sang de Christ.

En d’autres termes, votre justice n’est pas basée sur votre travail, mais sur le travail d’un autre. Pour cette raison, vous ne pouvez rien faire pour vous rendre plus acceptable à Dieu au-delà de ce que Jésus, votre grand souverain sacrificateur, a déjà fait pour vous au Calvaire.

Vous ne pouvez rien y ajouter, et vous n’en pouvez rien retrancher.

Le chemin du lieu très saint

Notre acceptation ne repose jamais sur nos œuvres ou notre condition extérieure. Elle est encore et toujours basée sur l’œuvre achevée de Christ. Et cette oeuvre est définitive et complète.

Ayant donc, frères, la liberté d’entrer dans le sanctuaire, par le sang de Jésus, Chemin nouveau et vivant, qu’il nous a frayé à travers le voile, c’est-à-dire à travers sa chair; Et ayant un grand Sacrificateur établi sur la maison de Dieu; Approchons-nous avec un cœur sincère, dans une pleine certitude de foi, ayant les cœurs purifiés des souillures d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. (Hébreux 10:19-22)

Par conséquent, vous et moi avons un accès permanent au trône de Dieu sur la base du sang. Jésus-Christ est votre acceptation. Dieu vous a accepté dans le Bien-Aimé (Éph. 1. 6). Il vous a placé dans le Christ.

La faveur de Dieu repose exclusivement sur Son propre Fils. Mais la bonne nouvelle de l’Évangile, c’est que vous avez été placés en Christ.

La principale attaque de Satan, alors, est de renverser votre position en Christ. C’est de vous faire douter de votre acceptation et votre droit devant Dieu. C’est de vous accuser et vous remettre dans la culpabilité et la condamnation.

L’idée que vous devez faire quelque chose en vous-même pour obtenir l’amour et l’acceptation de Dieu porte toutes les caractéristiques du Diable.

Son arme principale est l’accusation. Son nom -Diable/diabolos- signifie « calomniateur ou accusateur. » La nature de notre ennemi c’est de nous calomnier, nous diffamer, et nous accuser, nous et les autres croyants.

Le remède à son assaut spirituel est de vous munir d’une bonne conscience par le sang de Christ. Le sang est l’arme divine contre l’accusation véhémente de Satan.

Mais il arrivera un moment dans votre vie chrétienne où vous croyez et acceptez la valeur et la signification du sang comme Dieu le voit. Vous devez arriver à un point où vous croyez que le sang de Christ satisfait pleinement les exigences de Dieu. Grâce à l’œuvre accomplie par Jésus sur la croix, votre acceptation par Dieu est absolue et inconditionnelle.

La maturité spirituelle et plaire à Dieu c’est une question différente, cependant, et qui sera traitée ultérieurement. Mais s’il vous plaît comprenez. Vous ne servez pas Dieu pour obtenir Sa faveur et Son acceptation. Vous servez Dieu parce que vous avez Sa faveur et Son acceptation. Et il y a un monde de différence entre ces deux choses.

Par conséquent, la base de notre acceptation est l’œuvre achevée de Christ (Hébreux 10:19; 1 Jean 1: 7); la sphère de notre acceptation c’est le fait que nous soyons en Christ; (Éph. 1, 6-7; 2 Cor 5:21) et la paix de notre acceptation c’est notre position dans la grâce de Dieu par la foi (Romains 3:25; 5:2; Éph. 6: 13-14).

L’arme la plus puissante que nous pouvons exercer contre le diable est une saisie renouvelée de la satisfaction absolue de Dieu le Père dans son Fils en notre nom. C’est le moyen d’être délivrés de la condamnation (Romains 8: 31-34).

Donc, la question ultime est celle-ci: aux côtés de qui vous rangez-vous: votre accusateur ou votre avocat?

Dieu répond à l’accusateur par le sang de Son Fils. Alors détournez vos regards de vous-mêmes et fixez vos regards sur votre souverain sacrificateur. C’est ainsi que vous triompherez de l’ennemi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s