Frank_Viola Croyances choquantes de C. S. Lewis

Frank Viola_Croyances choquantes de C.S. Lewis

« La vie chrétienne est une vie caractérisée par la créativité vraie et spontanée. Par conséquent, un disciple est soumis à la même accusation qui fut portée contre Jésus-Christ, à savoir, l’accusation d’incohérence. Mais Jésus-Christ a toujours été cohérent dans sa relation à Dieu, et un chrétien doit être cohérent dans sa relation à la vie du Fils de Dieu en lui,  pas cohérent avec les doctrines strictes, inflexibles. Les gens se déversent dans leurs propres doctrines, et Dieu doit les extirper de leurs idées préconçues avant qu’ils deviennent consacrés à Jésus-Christ.  »

~ Chambers Oswald

Un auteur chrétien bien connu pour qui j’ai beaucoup de respect m’a encouragé à commencer une série sur les croyances choquantes de certains des grands chrétiens qui ont eu une forte influence sur l’histoire de l’église.

Chaque disciple de Jésus est un brouillon. Au fil du temps, le grand éditeur – le Saint-Esprit – façonne nos vies et nos points de vue. Mais jusqu’à ce que nous voyons le Seigneur et « connaissions comme nous avons été connus, » nous sommes dans un processus.

C’est également vrai pour les chrétiens qui nous ont précédés.

Par conséquent, l’une des erreurs dont nous devons nous prémunir est de rejeter toute la contribution d’une personne parce qu’elle peut défendre (ou avoir défendu) des idées que nous trouvons dures à avaler.

Personnellement, si j’avais exigé que l’opinion de quiconque sur tous les sujets possibles soit identique à la mienne comme condition pour être aidé, c’est que, m’étant trouvé il y a 20 ans, j’aurais à m’excommunier moi-même!

La vérité est que mes opinions sur certains sujets ont changé au fil des ans.

Il en est de même des vôtres.

Une remarque: nous sommes tous dans un processus. Aucun d’entre nous n’a raison sur tout tout le temps. Cela vaut pour tout chrétien qui ait jamais vécu.

Ainsi  en mettant en évidence quelques-unes des « croyances choquantes » de ceux sur les épaules desquels nous nous tenons tous, mon but n’est pas de brûler l’effigie de ces gens. Pas plus que de rejeter leur contribution positive à l’histoire de l’église.

Il s’agit plutôt de démontrer que même s’ils ont défendu des opinions qui feraient dresser les sourcils de la plupart des évangéliques aujourd’hui, cela ne bouleverse ni ne nie les idées précieuses qu’ils ont apportées au corps du Christ.

Malheureusement, beaucoup d’évangéliques sont prompts à déprécier – voire maudire – leurs frères et sœurs en Christ pour des offenses doctrinales présumées, même si ces frères et sœurs sont attachés aux credos orthodoxes historiques (Confession des Apôtres, Symbole de Nicée, etc.). Pareilles déconsidération et  damnation peuvent toujours être évitées et cela ne profite à personne du côté du Royaume.

CS Lewis Rare image

Lorsqu’il y a de la diversité dans l’orthodoxie, la grâce doit être manifestée.Tout comme nous voudrions que la grâce nous soit manifestée, puisque aucun d’entre nous ne voit parfaitement (Matthieu 7:12).

Les paroles de Paul de Tarse sont foudroyantes pour nous tous: « c’est partiellement que nous connaissons. . . « (1 Corinthiens 13: 9, AlR).

Ceci dit, le premier post qui ouvrira cette série mettra en vedette les croyances choquantes de C.S. Lewis.

Avec la popularité de ses Chroniques de Narnia (plus de 10 millions d’exemplaires vendus), Les Fondements du christianisme ou Voilà pourquoi je suis chrétien et Tactique du diable (The Screwtape Letters) (considérés tous deux comme des classiques parmi les évangéliques), Clive Staple Lewis est considéré par beaucoup comme un « saint de l’évangélisme. »

Selon le magazine TIME, Lewis était « l’un des porte-parole les plus influents du christianisme dans le monde anglo-saxon. »

L’estimé réformé anglican J.I. Packer a appelé Lewis « notre saint patron. » Christianity Today a écrit qu’il « est devenu le d’Aquin, l’Augustin, et l’Ésope de l’évangélisme contemporain » ainsi que « le plus grand apologiste chrétien du 20e siècle. »

Lewis était un athée convaincu qui se convertit au christianisme et devint rapidement reconnu comme un « défenseur de la foi » et une « icône évangélique. »

Fait intéressant, il mourut le jour même que John F. Kennedy (22 Novembre, 1963). Ce qui est frappant est que à la fois Lewis et Kennedy étaient appelés « Jack » par leurs amis.

Néanmoins, en dépit de sa contribution extraordinaire à la foi chrétienne, voici six croyances choquantes qu’eut Lewis.

Notez que ces croyances seront « choquantes » pour de nombreux évangéliques, en particulier ceux qui ont revendiqué Lewis comme une icône de l’évangélisme. Elles ne vont pas heurter la plupart des non-évangéliques. J’ai aussi délibérément omis de mentionner une seule des actions « choquantes » de Lewis du moment que cette série se concentre sur les croyances .

N’écrivant pas ceci pour des chercheurs, c’est volontairement que je n’ai pas documenté chaque déclaration par la mention des numéros de page. Mais les ouvrages de référence sont répertoriés de sorte que vous pouvez les vérifier vous-même si vous êtes sceptique.

1. Lewis croyait au purgatoire.

Il en parle dans son livre, Lettres à Malcolm. Dans Apprendre la mort (A Grief Observed), Lewis a évoqué sa femme décédée, Joy, la reliant aux souffrances et purifications du purgatoire.

Lewis croyait que le salut s’obtient par la grâce, mais pour son entendement, il produit une transformation totale et nécessite la réception humaine.

Ainsi, il estimait que la transformation peut même se produire après la mort, et certains chrétiens ont besoin d’être purifiés afin d’être en forme pour le ciel et en jouir. Pour Lewis, le purgatoire est pour la sanctification totale (plutôt que pour le châtiment). De ce point de vue, Lewis a perçu le purgatoire comme une œuvre de grâce.

2. Lewis croyait à la prière pour les morts.

Sourdant de sa croyance dans la purification du purgatoire, Lewis croyait (et pratiquait) la prière pour les morts. Il en parle dans Lettres à Malcolm .

3. Lewis croyait qu’il était possible pour ceux qui sont en enfer de voyager vers la grâce après la mort.

Pour Lewis, le salut ne dépend pas de la volonté de Dieu, mais la volonté des damnés. Dans The Problem of Pain , il écrit: « Je crois que si un million de possibilités étaient susceptibles de faire le bien, il leur  serait données. »

Il disait souvent que l’enfer est verrouillé de l’intérieur et insistait pour dire que l’on choisit soi-même l’enfer. Par conséquent, pour Lewis, il y a une possibilité qu’un jour certains des damnés puissent choisir d’être restaurés.

4. Lewis croyait que c’est une erreur de penser que les chrétiens devraient tous être abstinents (ceux qui s’abstiennent de l’alcool).

Selon Lewis, « le mahométisme, pas le christianisme, est la religion de l’abstinence totale. » C’est une citation directe de Les Fondements du christianisme ou Voilà pourquoi je suis chrétien. En revanche, beaucoup d’évangéliques croient aujourd’hui que tous les chrétiens devraient s’abstenir d’alcool.

5. Lewis croyait que la messe catholique était un portrait valable de la Cène du Seigneur (Communion).

Lewis a estimé que le point de vue catholique du pain et du vin est tout aussi valable que la vue protestante évangélique. (Le point de vue catholique considère le pain et le vin comme le corps et le sang de Jésus tandis que l’opinion évangélique – de manière générale – considère le pain et le vin comme symboliques.) Il en parle dans Lettres à Malcolm.

6. Lewis croyait que le livre de Job n’était pas historique et que la Bible contenait des erreurs.

Encore une fois, cela ne heurtera que certains évangéliques. Lewis en discute dans ses Réflexions sur les Psaumes .

Pour en savoir plus sur les points de vue de Lewis et surtout sa vie extraordinaire, je recommande vivement la biographie éclairante de Alister McGrath , C.S. Lewis, a Life: Eccentric Genius, Reluctant Prophet/C.S. Lewis, une vie: Génie Excentrique, Prophète réticent .

Ce livre est considéré comme la meilleure biographie imprimée de Lewis . Et il est remuant à certains égards.

Voici quelques faits saillants:

* Lewis a distribué tous ses gains pour ses livres chrétiens aux nécessiteux. Cela l’a rendu pauvre.

* Lewis avait une mémoire quasiment photographique.

* Bien que brillant, il était gauche et maladroit. Il n’a jamais su conduire une auto, ni taper à la machine.

* C’est délibérément qu’il produisait des réponses écrites à tous ceux qui lui écrivaient.

* Il a combattu durant la Première Guerre mondiale, s’engageant dans « la guerre des tranchées », mais il en parlait rarement.

* Au soir de sa vie, il estimait que ses facultés intellectuelles pour défendre l’Évangile avaient une mince portée et il croyait qu’il était un  apologiste raté parce qu’il ne pouvait pas persuader ses plus proches amis et parents d’accepter l’Évangile.

* Dans son Le Problème de la souffrance (The Problem of Pain), Lewis a argumenté avec brio et avec une logique inattaquable sur la bonté de Dieu et le problème du mal dans le monde. Mais quand sa femme décéda, il estima que ses arguments précédents sur le mal et la souffrance n’étaient plus adaptés. Sa pensée mise à jour sur le sujet apparaît dans son oeuvre tardive, Apprendre la mort (A Grief Observed).

Il y a beaucoup plus, mais je m’en remets à vous pour acquérir le livre de McGrath et  l’apprendre. :-)

f.v.

Publicités

Articles récents

Western cananéen

Western cananéen

Résultat de recherche d'images pour "affiche westerns indiens"Résultat de recherche d'images pour "affiche westerns indiens"

Quand, enfant, je regardais les films Westerns, ou que je lisais les fumetti (Tex Willer, Yuma, Rodeo,  etc.) je m’identifiais, moi Africain, aux Cow-boys de souche européenne, aux Rangers, aux Tuniques bleues, mais jamais aux Indiens, les natifs en butte aux mœurs, aux ambitions et à la cruauté sans limite des Européens.

Quand, ayant reçu le catéchisme catholico-protestant, je me suis plongé dans les récits de la Bible, comme pour les Westerns, je me suis mis dans la peau des Israélites conquérants, triomphant des peuples natifs habitant Canaan. L’esprit travaillé par l’identification aux Israélites et leurs vaillants héros, je n’avais jamais sourcillé en lisant les exploits de Yehoshua (Josué) massacrant, torturant, exterminant les indigènes de Canaan. Le récit biblique dit que le génocide des indigènes était décret divin: (Deutéronome 20:17 « Car tu dévoueras ces peuples par interdit (extermineras, génocideras), les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme YeHoWaH, ton Èlohim, te l’a ordonné »)!

Résultat de recherche d'images pour "conquête de canaan"

Combien de fois ai-je lu les exploits des Israélites dans le livre des Juges, sans m’émouvoir du traitement infligé à Adoni-Bézek (Juges 1), roi tortionnaire, torturé à son tour par des ambassadeurs d’un Dieu de bonté et de miséricorde? Tous à Aï (Josué 8) n’étaient-ils que des méchants bons pour la boucherie?

Que ce soient les récits de l’Ouest sauvage étasunien, ou de Canaan, la terre promise des Hébreux, ces événements remplis de sang, de cruauté et d’inhumanité appartiennent à un passé qui compose étrangement bien avec le présent. Mais alors, lorsqu’on vient dans ce monde, la mentalité et la personnalité construites et tissées de toutes ces horreurs, avec quoi se bâtit-on un esprit critique?  Afin de prendre la distance qu’il faut en face d’atrocités du passé, fussent-elles perpétrées au nom de YeHoWaH Tzebaot?

Car si les Israélites conquérants exterminaient et massacraient au nom de YHWH Tzebaot, les Européens dans l’Ouest étasunien traitaient les populations indigènes comme de la vermine à éradiquer, armés qu’ils étaient de leur haute mission civilisatrice et de la grande commission donnée aux disciples du Messie des Judéens récoltée dans Matthieu 28:19.

Il suffit, me semble-t-il, de sortir la religion de son esprit. Car il faut beaucoup de religion pour prendre avec autant de légèreté le récit de l’extermination de peuples entiers qui, à l’examen, se sont montrés vis-à-vis de cette divinité hébraïque qu’ils ne connaissaient pas, moins offensants, moins rebelles, moins infidèles que le peuple choisi d’Èlohim: Israël.

La Bible est une collection d’écrits qui manifestent parfois de nombreuses couches d’écriture et de significations, avec une inspiration à géométrie variable; car même en s’identifiant aux Israélites en exil, comment valider la soif de sang contre les ennemis des Yehudim dans le récit d’Esther (Chapitre 9)?

Image associéeY’shua est venu abolir la religion. On peut, même lorsqu’on a sucé la religion avec le lait, en sortir.

Mais le mieux c’est de sortir la religion de son esprit. Celle qui nous pousse à usurper l’identité d’Israélite.

Celle qui nous pousse à rendre beau ce qui est laid aux yeux de tout humain normalement constitué. Car le génocide est une chose foncièrement ancrée au mal, à la méchanceté. C’est moche, c’est caca boudin! Le génocide d’un peuple n’est pas et ne saurait être l’expression du bien et de la bonté.

Il est aussi bon de sortir de notre esprit la religion qui nous pousse à nous sentir meilleurs que les autres.

Celle qui nous pousse à transformer nos vies en représentations permanentes.

Y’shua a aboli la religion. Ce Galiléen à la pensée indépassable a apporté la fin de la vanité de l’élection célébrée en d’interminables cérémonies au Temple de Jérusalem, car il a annoncé la disparition de ce système du ciel et de la terre, disparition survenue en l’an 70.

On peut regarder un Western en distinguant bien le point de vue du récit, son idéologie, son but, ses limites. Lire les Proverbes, les récits post-exiliques de Néhémie et Esdras qui stigmatisent la « femme étrangère » sans distinguer que cette discrimination fondée sur l’élection n’est pas pour ceux qui ont vécu après l’an 70, pour nous aujourd’hui, c’est proprement faire de la Bible un outil d’abêtissement. On peut lire la Bible en distinguant bien son auditoire (ce n’est ni toi ni moi!) en se nourrissant de sa spiritualité, en reconnaissant la centralité du Christ, en distinguant ce qui s’adresse spécifiquement à des Judéens sous la Loi mosaïque, sans non plus singer ceux qu’il a affrontés durant son ministère, les Séparés, les Pharisiens.

Le Western cananéen continue de se jouer dans les esprits de tous ceux qui ont été dressés à se penser Israélites. Que tout un chacun se souvienne de la question éminemment politique des apôtres en Actes 1 : « Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? » 

v.7 « Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. »

L’autorité du Père, celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, a mis fin à l’organisation tribale de la descendance de Jacob: Matthieu 23:37-38 « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! Voici, votre maison vous sera laissée déserte« .

Avis à ceux qui veulent habiter la maison laissée déserte: la partie est terminée depuis l’an 70. Le clap de fin pour l’Israël tribale, peuple de Dieu, c’était Tisha B’Av en l’an 70.

Il est temps d’arrêter de faire comme si…

  1. Yeshua et Paul: deux missions, deux évangiles, l’un aux Judéens, l’autre aux Gentils/Païens/Nations/Goyim? 2 Réponses
  2. Je crois en Yeshua, mais est-ce que je Le crois? Laisser une réponse
  3. Hiver et Shabbat Laisser une réponse
  4. Chuck Crisco, JEAN 3:16? QU’EST-CE QUE LA VIE ÉTERNELLE? Laisser une réponse