Frank_Viola Croyances choquantes de John Wesley

Frank_Viola Croyances choquantes de John Wesley

« Je n’ai jamais rencontré d’homme dont je puisse désespérer après avoir discerné ce qui se trouve en moi en dehors de la grâce de Dieu. »

~ Oswald Chambers

Si vous découvrez la série « Croyances choquantes« , je vais ouvrir ce billet en citant la préface du premier épisode sur les  Croyances choquantes de C.S. Lewis.

Cela explique pourquoi – précisément – je produis cette série.

Un auteur chrétien bien connu que je respecte beaucoup m’a encouragé à commencer une série sur les croyances choquantes de certains des grands chrétiens qui ont eu une forte incidence sur l’histoire de l’église.

Chaque disciple de Jésus est un brouillon. Au fil du temps, le grand éditeur – le Saint-Esprit – façonne nos vies et nos points de vue. Mais jusqu’à ce que nous voyons le Seigneur et « connaissions comme nous avons été connus, » nous sommes dans un processus.

C’est également vrai pour les chrétiens qui nous ont précédés.

Par conséquent, l’une des erreurs dont nous devons nous prémunir est de rejeter toute la contribution d’une personne parce qu’elle peut défendre (ou avoir défendu) des idées que nous trouvons dures à avaler.

Personnellement, si j’avais exigé que l’opinion de quiconque sur tous les sujets possibles soit identique à la mienne comme condition pour être aidé, c’est que, m’étant trouvé il y a 20 ans, j’aurais à m’excommunier moi-même!

La vérité est que mes opinions sur certains sujets ont changé au fil des ans.

Il en est de même des vôtres.

Une remarque: nous sommes tous dans un processus. Aucun d’entre nous n’a raison sur tout tout le temps. Cela vaut pour tout chrétien qui ait jamais vécu.

Ainsi  en mettant en évidence quelques-unes des « croyances choquantes » de ceux sur les épaules desquels nous nous tenons tous, mon but n’est  pas  de brûler l’effigie de ces gens. Pas plus que de rejeter leur contribution positive à l’histoire de l’église.

Il s’agit plutôt de démontrer que même s’ils ont défendu des opinions qui feraient dresser les sourcils de la plupart des évangéliques aujourd’hui, cela ne bouleverse ni ne nie les idées précieuses qu’ils ont apportées au corps du Christ.

Malheureusement, beaucoup d’évangéliques sont prompts à déprécier – voire maudire – leurs frères et sœurs en Christ pour des offenses doctrinales présumées, même si ces frères et sœurs sont attachés aux credos orthodoxes historiques (Confession des Apôtres, Symbole de Nicée, etc.). Pareilles déconsidération et  damnation peuvent toujours être évitées et cela ne profite à personne du côté du Royaume.

Lorsqu’il y a de la diversité dans l’orthodoxie, la grâce doit être manifestée.Tout comme nous voudrions que la grâce nous soit manifestée, puisque aucun d’entre nous ne voit parfaitement (Matthieu 7:12).

Les paroles de Paul de Tarse sont foudroyantes pour nous tous: « c’est partiellement que nous connaissons. . . « (1 Corinthiens 13: 9, AlR).

Notez que ces croyances seront « choquantes » pour certains évangéliques, mais pas tous.Certains évangéliques affirment qu’ils ne sont pas choqués ou surpris par quoi que ce soit.

Puisque je n’écris pas ceci pour des chercheurs, c’est volontairement que je ne documente pas chaque déclaration par les numéros de page. Mais les ouvrages de référence sont répertoriés afin que vous puissiez les vérifier vous-même si vous êtes sceptique.

Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur certaines des croyances choquantes de John Wesley.

Wesley était remarquable. Il a parcouru plus de 400 000 km à cheval et prêché plus de 40.000 sermons. Détail frappant: il mesurait moins de 1,60 m et pesait 58 kg.

Wesley fit face à une opposition intense de toutes parts, et il avait une foule d’ennemis qui essayaient de le faire tomber de toutes les façons imaginables. Malgré cela, la main de Dieu était sur l’homme. L’héritage de Wesley a touché des centaines de milliers de chrétiens dans chaque génération, y compris la nôtre.

Wesley lisait habituellement le Nouveau Testament en grec, et l’un de ses legs les plus durables dans le domaine de l’interprétation de la Bible fut son travail sur 1 Jean.

(Oui, 1 Jean – c’est le livre que les chrétiens lisent sous leurs lits avec une lampe de poche et perdent leur salut après qu’ils ont fini!) :-)

Pour Wesley, 1 Jean était la pierre angulaire de la révélation biblique et la synthèse de tout ce qui avait été écrit avant. Pour cette raison, certains chercheurs appellent Wesley « le théologien de 1 Jean. »

Cela dit, je suis conscient que beaucoup de chrétiens réformés, à la fois par le passé et aujourd’hui, considèrent Wesley comme un « dangereux hérétique ». Mais pour mes amis réformés, considérez ce que ces responsables réformés respectés avaient à dire à son sujet:

« S’il fallait deux apôtres pour être ajoutés au nombre des douze, je ne crois pas qu’on pourrait trouver deux hommes plus aptes à être ainsi ajoutés que George Whitefield et John Wesley. »

~ Charles Spurgeon

« Que cela nous plaise ou non, John Wesley était un instrument puissant dans la main de Dieu pour le bien; et, à côté de George Whitefield, a été le tout premier évangéliste de l’Angleterre il y a cent ans.  »

JC Ryle ~

« Je ne connais personne à qui je dois plus comme instrument de la grâce divine. »

~ John Newton

Fait intéressant, l’enseignement de Wesley sur « la religion du cœur » était presque identique à l’enseignement de Jonathan Edwards sur les « affections religieuses ».

Néanmoins, Wesley – comme tout autre serviteur de Dieu – avait des pieds d’argile. Et il était également attaché à certaines vues étranges.

Voici quelques croyances surprenants que Wesley a préconisées. Si vous en connaissez davantage, ajoutez-les dans la section commentaires et je les vérifierai avec l’intention de les ajouter à la liste.

1. Wesley croyait que les bâtiments d’église devraient être construits dans une forme octogonale (avec huit côtés) et l’intérieur devrait avoir un rail au milieu pour séparer les hommes des femmes.

(Qu’en pensez-vous, Mesdames?)

2. Wesley croyait aux fantômes et autres phénomènes paranormaux.

Il y avait même un fantôme connu sous le nom « Old Jeffrey» dans le presbytère d’Epworth où Wesley a grandi. Les enfants considéraient le fantôme comme quasiment une partie de la famille!

3. Wesley croyait à la virginité perpétuelle de Marie, la mère terrestre de Jésus.

Dans sa Lettre à un catholique, Wesley déclara: « Je crois qu’il [Jésus] s’est fait homme, réunissant la nature humaine avec la divine en une seule personne; étant conçu par l’opération singulière du Saint-Esprit, et né de la Vierge Marie, qui, ainsi, après comme avant qu’elle le mit au monde, demeura une vierge pure et sans tache « .

4. Wesley avait une machine à électricité statique et pensait que c’était une bonne idée pour les gens d’être « électrifiés quotidiennement » pour leur santé.

Il vécut à l’époque de Ben Franklin et lut tout ce que Franklin écrivit sur l’électricité. La machine à électricité de Wesley peut encore visible dans sa maison de Londres.

5. Selon sa Physique primitive, certaines des prescriptions de Wesley pour les affections médicales sont étranges.

Exemple: pour le rhume de sinus, Wesley recommandait de plier un zeste d’orange et de l’insérer dans les narines. (N’essayez pas ça à la maison.) Gardez à l’esprit que Wesley se souciait profondément pour les malades et était un peu expérimentateur à cet égard.

6. Dans sa bibliothèque, Wesley détenait la « littérature subversive » de Molinos, Guyon, Fénelon, et d’autres mystiques chrétiens.

Bien qu’il fût en désaccord avec la tendance des mystiques de se retirer loin du monde, Wesley croyait dans une quête mystique de Dieu.

7. Wesley croyaient que porter des bijoux et des vêtements coûteux était un péché et que les chrétiens ne étaient pas à se engager dans un tel comportement.

Plus précisément, il était fortement contre les femmes qui portent des bagues, des boucles d’oreilles et des colliers. Par conséquent, les premiers méthodistes étaient connus pour leur robe simple et l’absence de bijoux. L’Église méthodiste a confirmé la position de Wesley sur les vêtements et les bijoux jusqu’en 1852.

8. Wesley était un grand fan du personnage controversé  de l’église primitive, Montanus.

Wesley considérait Montanus comme étant « l’un des meilleurs hommes alors sur la terre » qui, « sous l’aspect d’un prophète » avait ranimé ce qui avait été perdu dans le corps du Christ.

Montanus est considéré par de nombreux évangéliques comme un « dangereux hérétique. »

f.v.

Publicités

Articles récents

Western cananéen

Western cananéen

Résultat de recherche d'images pour "affiche westerns indiens"Résultat de recherche d'images pour "affiche westerns indiens"

Quand, enfant, je regardais les films Westerns, ou que je lisais les fumetti (Tex Willer, Yuma, Rodeo,  etc.) je m’identifiais, moi Africain, aux Cow-boys de souche européenne, aux Rangers, aux Tuniques bleues, mais jamais aux Indiens, les natifs en butte aux mœurs, aux ambitions et à la cruauté sans limite des Européens.

Quand, ayant reçu le catéchisme catholico-protestant, je me suis plongé dans les récits de la Bible, comme pour les Westerns, je me suis mis dans la peau des Israélites conquérants, triomphant des peuples natifs habitant Canaan. L’esprit travaillé par l’identification aux Israélites et leurs vaillants héros, je n’avais jamais sourcillé en lisant les exploits de Yehoshua (Josué) massacrant, torturant, exterminant les indigènes de Canaan. Le récit biblique dit que le génocide des indigènes était décret divin: (Deutéronome 20:17 « Car tu dévoueras ces peuples par interdit (extermineras, génocideras), les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme YeHoWaH, ton Èlohim, te l’a ordonné »)!

Résultat de recherche d'images pour "conquête de canaan"

Combien de fois ai-je lu les exploits des Israélites dans le livre des Juges, sans m’émouvoir du traitement infligé à Adoni-Bézek (Juges 1), roi tortionnaire, torturé à son tour par des ambassadeurs d’un Dieu de bonté et de miséricorde? Tous à Aï (Josué 8) n’étaient-ils que des méchants bons pour la boucherie?

Que ce soient les récits de l’Ouest sauvage étasunien, ou de Canaan, la terre promise des Hébreux, ces événements remplis de sang, de cruauté et d’inhumanité appartiennent à un passé qui compose étrangement bien avec le présent. Mais alors, lorsqu’on vient dans ce monde, la mentalité et la personnalité construites et tissées de toutes ces horreurs, avec quoi se bâtit-on un esprit critique?  Afin de prendre la distance qu’il faut en face d’atrocités du passé, fussent-elles perpétrées au nom de YeHoWaH Tzebaot?

Car si les Israélites conquérants exterminaient et massacraient au nom de YHWH Tzebaot, les Européens dans l’Ouest étasunien traitaient les populations indigènes comme de la vermine à éradiquer, armés qu’ils étaient de leur haute mission civilisatrice et de la grande commission donnée aux disciples du Messie des Judéens récoltée dans Matthieu 28:19.

Il suffit, me semble-t-il, de sortir la religion de son esprit. Car il faut beaucoup de religion pour prendre avec autant de légèreté le récit de l’extermination de peuples entiers qui, à l’examen, se sont montrés vis-à-vis de cette divinité hébraïque qu’ils ne connaissaient pas, moins offensants, moins rebelles, moins infidèles que le peuple choisi d’Èlohim: Israël.

La Bible est une collection d’écrits qui manifestent parfois de nombreuses couches d’écriture et de significations, avec une inspiration à géométrie variable; car même en s’identifiant aux Israélites en exil, comment valider la soif de sang contre les ennemis des Yehudim dans le récit d’Esther (Chapitre 9)?

Image associéeY’shua est venu abolir la religion. On peut, même lorsqu’on a sucé la religion avec le lait, en sortir.

Mais le mieux c’est de sortir la religion de son esprit. Celle qui nous pousse à usurper l’identité d’Israélite.

Celle qui nous pousse à rendre beau ce qui est laid aux yeux de tout humain normalement constitué. Car le génocide est une chose foncièrement ancrée au mal, à la méchanceté. C’est moche, c’est caca boudin! Le génocide d’un peuple n’est pas et ne saurait être l’expression du bien et de la bonté.

Il est aussi bon de sortir de notre esprit la religion qui nous pousse à nous sentir meilleurs que les autres.

Celle qui nous pousse à transformer nos vies en représentations permanentes.

Y’shua a aboli la religion. Ce Galiléen à la pensée indépassable a apporté la fin de la vanité de l’élection célébrée en d’interminables cérémonies au Temple de Jérusalem, car il a annoncé la disparition de ce système du ciel et de la terre, disparition survenue en l’an 70.

On peut regarder un Western en distinguant bien le point de vue du récit, son idéologie, son but, ses limites. Lire les Proverbes, les récits post-exiliques de Néhémie et Esdras qui stigmatisent la « femme étrangère » sans distinguer que cette discrimination fondée sur l’élection n’est pas pour ceux qui ont vécu après l’an 70, pour nous aujourd’hui, c’est proprement faire de la Bible un outil d’abêtissement. On peut lire la Bible en distinguant bien son auditoire (ce n’est ni toi ni moi!) en se nourrissant de sa spiritualité, en reconnaissant la centralité du Christ, en distinguant ce qui s’adresse spécifiquement à des Judéens sous la Loi mosaïque, sans non plus singer ceux qu’il a affrontés durant son ministère, les Séparés, les Pharisiens.

Le Western cananéen continue de se jouer dans les esprits de tous ceux qui ont été dressés à se penser Israélites. Que tout un chacun se souvienne de la question éminemment politique des apôtres en Actes 1 : « Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? » 

v.7 « Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. »

L’autorité du Père, celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, a mis fin à l’organisation tribale de la descendance de Jacob: Matthieu 23:37-38 « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! Voici, votre maison vous sera laissée déserte« .

Avis à ceux qui veulent habiter la maison laissée déserte: la partie est terminée depuis l’an 70. Le clap de fin pour l’Israël tribale, peuple de Dieu, c’était Tisha B’Av en l’an 70.

Il est temps d’arrêter de faire comme si…

  1. Yeshua et Paul: deux missions, deux évangiles, l’un aux Judéens, l’autre aux Gentils/Païens/Nations/Goyim? 2 Réponses
  2. Je crois en Yeshua, mais est-ce que je Le crois? Laisser une réponse
  3. Hiver et Shabbat Laisser une réponse
  4. Chuck Crisco, JEAN 3:16? QU’EST-CE QUE LA VIE ÉTERNELLE? Laisser une réponse