Frank_Viola Croyances choquantes de Jonathan Edwards

Frank Viola_Croyances choquantes de Jonathan Edwards

 

« Il faut beaucoup de temps à Dieu pour nous amener à arrêter de penser qu’à moins de voir les choses exactement comme nous, tout le monde a tort. Ce n’est jamais le point de vue de Dieu « .

~ Chambers Oswald

Si vous découvrez la série « Croyances choquantes », je vais ouvrir ce post en citant la préface du premier épisode sur les croyances choquantes de CS Lewis.

Cela explique pourquoi – précisément – je produis cette série.

Un auteur chrétien bien connu que je respecte beaucoup m’a encouragé à commencer une série sur les croyances choquantes de certains des grands chrétiens qui ont eu une forte incidence sur l’histoire de l’église.

Chaque disciple de Jésus est un brouillon. Au fil du temps, le grand éditeur – le Saint-Esprit – façonne nos vies et nos points de vue. Mais jusqu’à ce que nous voyons le Seigneur et « connaissions comme nous avons été connus, » nous sommes dans un processus.

C’est également vrai pour les chrétiens qui nous ont précédés.

Par conséquent, l’une des erreurs dont nous devons nous prémunir est de rejeter toute la contribution d’une personne parce qu’elle peut défendre (ou avoir défendu) des idées que nous trouvons dures à avaler.

Personnellement, si j’avais exigé que l’opinion de quiconque sur tous les sujets possibles soit identique à la mienne comme condition pour être aidé, c’est que, m’étant trouvé il y a 20 ans, j’aurais à m’excommunier moi-même!

La vérité est que mes opinions sur certains sujets ont changé au fil des ans.

Il en est de même des vôtres.

Une remarque: nous sommes tous dans un processus. Aucun d’entre nous n’a raison sur tout tout le temps. Cela vaut pour tout chrétien qui ait jamais vécu.

Ainsi  en mettant en évidence quelques-unes des « croyances choquantes » de ceux sur les épaules desquels nous nous tenons tous, mon but n’est  pas  de brûler l’effigie de ces gens. Pas plus que de rejeter leur contribution positive à l’histoire de l’église.

Il s’agit plutôt de démontrer que même s’ils ont défendu des opinions qui feraient dresser les sourcils de la plupart des évangéliques aujourd’hui, cela ne bouleverse ni ne nie les idées précieuses qu’ils ont apportées au corps du Christ.

Malheureusement, beaucoup d’évangéliques sont prompts à déprécier – voire maudire – leurs frères et sœurs en Christ pour des offenses doctrinales présumées, même si ces frères et sœurs sont attachés aux credos orthodoxes historiques (Confession des Apôtres, Symbole de Nicée, etc.). Pareilles déconsidération et  damnation peuvent toujours être évitées et cela ne profite à personne du côté du Royaume.

Lorsqu’il y a de la diversité dans l’orthodoxie, la grâce doit être manifestée.Tout comme nous voudrions que la grâce nous soit manifestée, puisque aucun d’entre nous ne voit parfaitement (Matthieu 7:12).

Les paroles de Paul de Tarse sont foudroyantes pour nous tous: « c’est partiellement que nous connaissons. . . « (1 Corinthiens 13: 9, AlR).

Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur certaines des croyances choquantes de Jonathan Edwards.

JE

Dans le cas où vous prendriez le train chrétien en marche, Jonathan Edwards est une icône chez les chrétiens. Une légende. Un héros pour beaucoup.

Bien que le théologien calviniste/philosophe formé à Yale ait vécu au milieu des années 1700, d’innombrables jeunes réformés aujourd’hui le considèrent comme une rock star.

Comme exemples flagrants, on a des T-shirts et des tasses à café « Jonathan Edwards est mon pote ».

(Je suis désolé, mais nous n’en vendons pas sur le blog aujourd’hui.)

Les historiens considèrent Edwards comme le théologien du premier grand Réveil (tandis que George Whitfield était son promoteur).

Le très respecté théologien luthérien Robert Jenson a appelé Edwards « le Théologien de l’Amérique. » Et de nombreux historiens n’ont pas hésité à affirmer que Edwards était le « plus grand théologien et intellectuel et de l’Amérique. »

La somme théologique que Edwards a produite de son vivant – sans ordinateur ou logiciel de dictée vocale – est magnifique et formidable. (C’est encore plus surprenant, sachant qu’Edwards est décédé à l’âge de 54 ans)

Selon sa fille, Edwards passait 18 heures par jour dans son étude. Et de son propre aveu, il a dit de lui-même, « Je ne suis fait pour rien d’autre que l’étude. » (Étant donné que Edwards a été marié avec des enfants, je ne vois pas comment il pourrait s’en sortir avec cela aujourd’hui.)

Mais au-delà des aptitudes mentales singulières d’Edwards et sa personnalité introvertie, un fait peu connu de lui, c’est qu’il était un ardent défenseur des droits des Indiens à son époque.

Il était très critique lorsque les colons de la Nouvelle-Angleterre ont volé les terres aux Américains autochtones, leur ordonnant de payer pour la terre qu’ils avaient prise. Alors lui – la personnalité réformée logique – était un « activiste social » engagé pour la « justice sociale ».

Cela est intéressant car de nombreux adeptes contemporains d’Edwards évitent tout ce qui a à voir avec l’activisme social ou la justice sociale aujourd’hui.

Même ainsi, certains chrétiens américains vénèrent Edwards presque avec un égard sectaire. Ainsi, toute critique de son point de vue est considérée par certains comme équivalente au blasphème contre le Saint-Esprit.

Ainsi, je vais m’exprimer comme le président Obama pour dire: « je vais être clair. » Moi, Frank Viola, je pense que Jonathan Edwards était un grand homme que Dieu a grandement utilisé.

Chaque Étasunien qui s’est montré attentif en cours d’histoire – je m’adresse à tous maintenant – connaît Edwards par son sermon tristement célèbre: « Pécheurs entre les mains d’un Dieu courroucé. »

Ce qui est fascinant, c’est que selon les annales, Edwards n’a pas prêché ce sermon. .. il l’a lu.

Et il ne criait pas en lisant.

Dans la foulée de cette introduction, les opinions suivantes défendues par Edwards choqueront et surprendront plus d’un chrétien d’aujourd’hui:

1. Edwards croyait qu’être un propriétaire d’esclaves n’était PAS incompatible avec le fait d’être un disciple de Jésus.

Alors que Edwards était un défenseur des droits des Indiens et  dénonçait la traite négrière transatlantique, il était lui-même propriétaire d’esclaves. Certes, Edwards croyait que tous les êtres humains étaient créés égaux par Dieu et que les esclaves devaient être traités avec respect. [1]

Beaucoup, sinon la plupart des évangéliques considèrent l’esclavage figure parmi les plus grands maux et fléaux sociaux diaboliques de l’histoire. Donc, pour « le plus grand théologien de l’Amérique » posséder des esclaves est bien: choquant. Même s’il agissait tout simplement en conformité avec son temps (Edwards faisait partie de l’élite aristocratique de sa société), c’est un témoignage sur le fait qu’aucun humain – si grand soit-il – ne voit chaque aspect de tout.

2. Edwards ne croyait pas que les Remontrants étaient inéligibles au ministère ou au Royaume de Dieu.

Edwards prit la peine de défendre un pasteur qui avait des positions anti-Calvinistes. Le pasteur (Benjamin Doolittle) avait été dénoncé par sa propre assemblée – une congrégation composée de calvinistes – pour la possession d’un esclave et d’autres choses avec lesquelles ils avaient des problèmes.)

Edwards mit de côté les différences théologiques et s’enhardit à défendre Doolittle, y compris son droit d’être un propriétaire d’esclaves. [2]

Ce fait ne serait choquant que pour le noyau dur des calvinistes  qui croient que « à moins que vous ne receviez Jean Calvin dans votre cœur, vous ne pouvez être sauvés » (au pire) ou vous êtes un hérétique (au mieux).

Malheureusement, j’ai rencontré une poignée de chrétiens qui considéraient Edwards comme « leur homme », néanmoins, ils estimaient que les Remontrants ne devraient pas être autorisés à proximité des petits enfants ou des animaux.

La défense de Doolittle par Edwards  nous rappelle que la propension par certains à ériger des murs et rétrécir continuellement les frontières de qui est « dans » et qui est « hors » du Royaume de Dieu n’est pas quelque chose que nous devrions adopter.

3. Edwards croyait que le Pape était l’Antéchrist.

Pardon à l’Église catholique romaine, mais Edwards, malgré ses impressionnantes aptitudes mentales, croyait réellement cela. Ce fait – avec son statut de propriétaire d’esclaves- atténue l’idée populaire que Edwards interprétait toujours correctement l’Ecriture. [3]

4. Edwards croyait que Dieu hait les pécheurs plus que vous ne détestez poison.

Voici un extrait du sermon « Pécheurs entre les mains d’un Dieu courroucé » .

Le Dieu qui vous tient au-dessus de l’enfer, tout comme on tient une araignée ou un insecte répugnant au-dessus du feu, vous abhorre, et est terriblement provoqué: sa colère envers vous flamboie; il jette sur vous un regard dédaigneux, et ne vous estime digne que de ce feu; ses yeux sont trop purs pour supporter de vous voir; vous êtes dix mille fois plus abominables à ses yeux, que le serpent venimeux le plus odieux l’est aux nôtres. Vous l’avez offensé infiniment plus que jamais un mutin têtu ne le fit pour son prince; et pourtant ce n’est rien d’autre que sa main qui vous retient de tomber dans le feu à chaque instant. Vous ne devez à rien d’autre le fait de n’être pas allé en enfer la nuit dernière; d’avoir été toléré pour ce nouveau réveil à ce monde, après avoir fermé les yeux pour dormir. Et il n’y a aucune autre raison à donner, pour laquelle vous n’êtes pas allés en enfer puisque vous vous êtes levés ce matin, que cette main de Dieu qui vous a retenus. Il n’y a pas d’autre raison expliquant que vous ne soyez pas allés en enfer, puisque vous vous êtes assis ici, dans la maison de Dieu, provoquant ses yeux purs par vos méchantes manières pécheresses d’assister à son culte solennel. Oui, il n’y a rien d’autre qui puisse être donné comme raison pour laquelle en ce moment même, vous n’allez pas en enfer. [4]

Que vous soyez d’accord ou non avec ce morceau choisi de prose, les idées – et la langue – sont renversantes.

5. Edwards croyait que le réveil qui se produisait en 1740 était « l’aube » ou « le prélude » de la consommation des siècles où « le monde serait renouvelé », et que l’ultime et majeure oeuvre de Dieu sur terre commençait en Amérique.

Voici une citation de lui:

Il n’est pas improbable que ce travail de l’Esprit de Dieu, si extraordinaire et merveilleux, est l’aube, ou, du moins, un prélude de cette œuvre glorieuse de Dieu, si souvent annoncée dans l’Écriture, qui, dans son déroulement et son issue, renouvellera l’univers de l’humanité. Si l’on considère la façon dont les choses, depuis longtemps annoncées comme celles qui doivent précéder ce grand événement ont été accomplies, et depuis quand cet événement a été attendu par l’Église de Dieu, et pensées comme proches par les hommes les plus éminents de Dieu dans l’église; et par dessus tout examiner  ce qu’a été l’état des choses maintenant, et ce qu’il a été pendant un temps considérable, dans l’église de Dieu, et l’univers de l’humanité; nous ne pouvons pas raisonnablement penser autrement, que le début de cette grande œuvre de Dieu doit être proche. Et il y a beaucoup de choses qui font qu’il est probable que ce travail va commencer en Amérique. [5]

Il est frappant que les chrétiens dans pratiquement tous les pays sous le ciel ont cru que le Seigneur a désigné leur pays pour être l’endroit où la dernière et ultime œuvre de Dieu sur terre commencerait et se propagerait.

En observant les USA depuis l’époque d’Edwards – même jusqu’à aujourd’hui – on peut démontrer que sa prédiction de « l’aube » ou du « prélude » de « l’œuvre glorieuse de Dieu tel qu’annoncée par l’Ecriture » aux USA était fausse.

6. Edwards croyait que les débordements émotionnels incluant les manifestations corporelles étaient la norme au cours d’un réveil.

Je me rappelle quand la Bénédiction de Toronto a touché l’Amérique du Nord au milieu des années 1990. Beaucoup de fondamentalistes, d’évangéliques et de chrétiens réformés l’attaquèrent avec des cran d’arrêt et des grenades, condamnant le mouvement à cause des débordements émotionnels.

Fait intéressant, ceux qui menaient la « bénédiction » renvoyaient aux écrits de Jonathan Edwards pour justifier qu’il s’agissait des marques d’un vrai réveil. Et, ainsi, que vous accordiez foi à la soi-disant « bénédiction de Toronto » comme une œuvre de Dieu, ou une œuvre du diable, ou le travail de magiciens aux mains lestes, vous aviez un argument.

Non pas que Edwards aurait accordé du crédit à tout ce qui s’est produit au milieu des années 90 (certains aspects commençaient à dégénérer en bizarreries). Il ne l’aurait pas fait. Mais une chose est claire. En 1734, les gens commençaient à répondre aux sermons de Edwards avec des débordements émotionnels et même à tomber en faiblesse. Ils témoignaient également de changements remarquables dans leur vie, tout comme ceux qui « obtinrent la bénédiction » au milieu des années 90. [6]

Ainsi, le sujet important ici est que Edwards a vu des débordements émotionnels et autres phénomènes corporels, comme une marque de réveil. (Il a expliqué que c’était une réponse humaine chez certaines personnes à la puissance de l’Esprit.)

7. Edwards croyait que les expériences mystiques faisaient partie de l’expérience chrétienne.

Certains d’entre vous qui lisez cette déclaration pouvez avoir une crise d’apoplexie en ce moment, mais laissez-moi définir ce que j’entends par « mystique » car ce mot a été utilisé soit pour mépriser soit pour élever.

Par mystique, je veux parler d’une expérience qui est spirituelle et va au-delà des facultés du lobe frontal. En décrivant l’entrée suivante par Edwards, l’historien Henry Sheldon dit qu' »il était transporté par une espèce d’extase. » [7]

Ici Edwards décrit une expérience qu’il a eue avec des mots comme « vue », « apparu » et « sens ». Mais il ne parle pas de voir avec l’œil physique ou sentir avec les sens physiques. Il parle plutôt  d’une « vue » spirituelle  et d’un « sens » spirituel. À une occasion, la « vision » – ou vue spirituelle – le fit sangloter pendant presque une heure. Il souligne qu’il a eu des expériences similaires à de nombreuses reprises. J’ai noté en italiques les termes mystiques dans ce passage.

J’eus une vision qui, pour moi, était extraordinaire, de la gloire du Fils de Dieu, en tant que médiateur entre Dieu et l’homme, et sa grâce et son amour si merveilleux, grands,  complets, purs et d’une condescendance douce et aimable. Cette grâce qui parut si calme et douce, parut également très au-dessus des cieux. La personne du Christ parut ineffablement excellente avec une excellence assez grande pour engloutir toute pensée et conception … laquelle continua d’aussi près que je puisse en juger, environ une heure ; laquelle me garda la plus grande partie du temps dans un torrent de larmes, et sanglotant . Je sentis une ardeur de l’âme à être, ce que je ne saurais l’exprimer autrement, vidé et anéanti; étendu dans la poussière, et plein de Christ seul; l’aimant d’un amour saint et pur; lui faisant confiance;  vivant sur lui; le servant et le suivant; et étant parfaitement sanctifié et purifié, avec une pureté divine et céleste. J’ai, plusieurs autres fois, eu des visions en très grande partie de la même nature, et qui ont eu les mêmes effets.

J’ai plusieurs fois eu un sentiment de la gloire de la troisième personne de la Trinité, dans son rôle de Sanctificateur; dans ses saintes opérations , communiquant la lumière divine et la vie à l’âme. Dieu, dans les communications de son Saint-Esprit, est paru comme une fontaine infinie de gloire divine et de douceur; étant en plénitude, et suffisant pour remplir et satisfaire l’âme; se déversant en communications douces; comme le soleil dans sa gloire, diffusant doucement et agréablement la lumière et la vie. Et j’ai parfois eu un sens touchant de l’excellence de la parole de Dieu, comme une parole de vie; comme la lumière de la vie; une vivifiante et excellente parole; accompagnée d’une soif de cette parole, pour qu’elle demeure richement dans mon cœur. [8]

C’est tout un langage « mystique », que cela vous plaise ou non.

Ce qui rend cela « choquant » c’est que je n’ai jamais rencontré un adepte de Edwards qui a décrit une expérience spirituelle personnelle comme ça, sauf s’ils étaient charismatiques calvinistes (dans la croyance ou la pratique). Mais j’ai rencontré de nombreux adeptes de Edwards qui considéraient ces expériences – lorsque décrite par d’autres – d’un œil soupçonneux ou amer.

8. Edwards croyait que la souveraineté de Dieu exige qu’Il crée l’univers entier à partir de rien à chaque instant.

Sur ce point, Edwards a également affirmé que Dieu est l’espace lui-même.Maintenant, même si vous croyez que cela est vrai, vous devez admettre que c’est une idée choquante. (Choquant ne veut pas dire que c’est erroné, forcément.)

Si cette idée vous intrigue, consultez la discussion de Roger Olson sur la métaphysique de Edwards dans The Story of Christian Theology/L’histoire de la théologie chrétienne et son  Against Calvinism/Contre le calvinisme où il corrobore la vision de  Edwards à ce sujet. (C’est un sujet compliqué donc je vais vous laisser enquêter sur les arguments vous-même. Je n’écris pas pour les chercheurs dans ce texte. Donc excuses à mes frères et sœurs pointilleux.)

Eh bien, nous y voilà.

Pour terminer, vous ai-je dit que je crois que Jonathan Edwards était un grand homme que Dieu a grandement utilisé?

Maintenant, la question pour ce poste est simple:

Quelle est votre citation favorite de Jonathan Edwards ?

f.v.

Publicités

Articles récents

Que de malentendus… La suite par M. Bradley

Réflexion de Michael Bradley qui peut aider une âme éprise de vérité à déménager des malentendus grossiers qui pavent le chemin du christianisme.
vérité
‘Si l’on s’en tient à la conception des chrétiens, tout le monde est sous la loi …
Peu importe que Dieu ait dit à l’Israël de l’Ancienne Alliance qu’aucune autre nation n’avait la loi (Ps 147: 19-20).
Selon cette conception chrétienne, tout le monde est condamné en vertu de cette loi … qui est morte en l’an 70 (Matt. 5:18). Selon l’apôtre Paul, « là où il n’y a pas de loi, le péché n’est pas imputé» (Rom. 5: 13), ce qui implique que personne n’a eu besoin du salut depuis près de deux mille ans.
Si l’on s’en tient à la conception des chrétiens, tout le monde est coupable de péché, auquel Jésus a mis fin en l’an 70 (Dan 9:24).
Selon cette conception chrétienne, tout le monde a besoin de la rédemption … qui était seulement pour ceux qui étaient sous l’Ancienne Alliance (Luc 1:68, Héb. 9:15).
Selon cette conception chrétienne, tout le monde a besoin de salut … lequel n’était destiné qu’à Israël (Matt. 1:21, Actes 5:31).
Selon cette conception chrétienne, tout le monde a besoin du pardon des péchés … qui ne leur ont jamais été imputés (Rom. 5:13).
Tout le monde a besoin d’entendre l’Évangile, qui était destiné à tout le monde de l’Israël de l’Ancien Testament, et non aux incroyants païens du monde entier.
Selon cette conception chrétienne, quiconque entend et ne se soumet pas à cet évangile va dans un enfer éternel s’il n’aime pas le dieu qui le lui enverrait. Ceux qui font une petite prière et arrêtent de faire ce qui ne leur a jamais été imputé comme péché, deviennent soudainement libres d’une loi sous laquelle ils n’ont jamais été et croient qu’ils sont sous une Nouvelle Alliance qui était destinée seulement à Israël (Jérémie 31 : 31,33). Ils croient alors qu’ils ont été adoptés comme fils, même si l’apôtre Paul a enseigné que l’adoption était pour Israël (Rom. 9: 3-4, Gal. 4: 5).
Quelqu’un a détourné un récit évangélique destiné exclusivement à Israël et l’a fait sien, avec une eschatologie futuriste complètement nouvelle, une sotériologie dirigée contre les non-judéens païens et un besoin de rédemption et d’adoption des promesses d’alliance destinées à Israël (Romains 9: 3-4).
Si l’on doit être cohérent avec l’application de la pertinence de l’auditoire, et à la lumière de qui sont les destinataires des Écritures et pour qui étaient la rédemption et le salut, nous devrions être prêts à abandonner les suppositions que nous faisons partie du plan rédempteur de Dieu, que Jésus est venu mourir pour nous … ce qui n’est guère plus que le narcissisme chrétien. Bien que nous puissions apprendre beaucoup de la Bible, y compris comment suivre Jésus en faisant le bien et non le mal, d’après ce que je peux dire, pas un seul iota ou un trait du texte biblique ne concerne directement quelqu’un aujourd’hui.
Après l’an 70, le christianisme doit être la tromperie et le détournement religieux les plus massifs dans l’histoire humaine. Il est parfois un peu accablant de considérer que littéralement des milliards de personnes ont ignoré la pertinence de l’auditoire dans les Écritures et se sont plutôt insérées dans un récit rédempteur qui ne leur appartenait absolument pas. Toutes les tortures inutiles, les martyres et autres morts à cause d’une foi basée entièrement sur une prémisse fausse … juste ahurissant. Tous les grands penseurs et érudits d’aujourd’hui et de l’antiquité … sont passés à côté. Tous les grands débats théologiques, tous les conseils, la soi-disant réforme, la contre-réforme, tous les mouvements, les réveils et les espoirs d’être sauvés par une doctrine ou une autre … étaient tous basés sur une fausse prémisse que Jésus est mort pour leurs péchés, quand les Écritures affirment que c’était exclusivement Israël que Jésus était venu sauver.’
NDT. Ceci peut s’appeler une hérésie, à laquelle j’apporte ma caution, contiguité de sentiments oblige, car aimer Jésus en l’extrayant de la saga d’Israël, c’est juste se vautrer dans le confort d’une illusion qui n’est qu’un hologramme religieux. Yeshua a tant aimé le monde, mais ce monde-là a des frontières qu’il n’est pas inintéressant de connaître. Aujourd’hui, il fait du bien à l’humanité en dépit ce qu’on veut appeler « la foi ».
 
  1. Que de malentendus Laisser une réponse
  2. Prier… Laisser une réponse
  3. À propos du jugement… Une réponse
  4. LE RÉTABLISSEMENT/LA RESTAURATION Une réponse