Yeshua et Paul: deux missions, deux évangiles, l’un aux Judéens, l’autre aux Gentils/Païens/Nations/Goyim?

Yeshua et Paul: deux missions, deux évangiles, l’un aux Judéens, l’autre aux Gentils/Païens/Nations/Goyim?

yesh paul
Yeshua a dit n’avoir été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël (Matthieu 15:24). Qu’on reçoive cette parole ou qu’on l’ignore, elle fonde les limites de la mission du Fils de l’Homme.
Paul de Tarse, qui dit avoir reçu son apostolat du Messie Yeshua directement (Galates 1:11), a commencé son ministère auprès des Judéens, et en Actes 18:16, il a dit devoir aller vers les Païens/Nations/Goyim, ayant essuyé l’opposition de ces Judéens.
Paul a-t-il outrepassé la mission de Yeshua en allant vers les Païens/Nations/Goyim, car sa venue était exclusivement pour les Israélites?
Si on répond par oui, l’évangile n’est pas cohérent, et Paul n’est pas un serviteur fidèle. On serait alors fondé à dire que Paul a prêché un autre évangile.
Si en revanche on répond par non, comment comprendre que Paul de Tarse soit allé prêcher aux Goyim, alors que le Fils de l’Homme s’est montré exclusif pour les Israélites dans son ministère?
A moins alors, quand on lit bien les épîtres pauliniennes, que les Païens/Nations/Goyim auxquels Paul s’adressait n’aient été que ces brebis perdues, celles qui avaient été plusieurs siècles auparavant mêlées aux Païens/Nations/Goyim, constituant ce que le NT appelle la Dispersion (Jacques 1:1), en fait la Diaspora. Ne sont-ce pas là les brebis perdues dont parlait aussi le Messie Yeshua, ces brebis d’une autre bergerie, qui, réunies aux brebis de Judée formeraient un seul troupeau, sous la houlette d’un seul berger? (Jean 10:16) Car dans les épîtres de Paul aux Gentils/Païens/Nations/Goyim, de nombreux indices renvoient à la saga d’Israël, avec, pour réveiller, et non éveiller, la foi de ces Gentils/Païens/Nations/Goyim, le rappel des promesses, des alliances, des dits de prophètes, des épisodes marquants de la saga d’Israël. À quel titre des populations n’ayant aucun lien avec Israël seraient concernées par les alliances, les promesses faites exclusivement à Israël? Comment, pourquoi Paul rappellerait-il à des non-Judéens des éléments historiques bien spécifiques qui n’appartiennent qu’à l’histoire de l’Israël avant la Scission du royaume de David?

Il faut donc pouvoir dépasser les prémisses conventionnelles de lecture des lettres de Paul et du livre des Actes des apôtres. Ces prémisses fondent l’externalisation de l’évangile du contexte judéen aux autres peuples de la terre, les Goyim. D’après ces prémisses, Yeshua a prêché aux Galiléens et aux Judéens, tandis que Paul a apporté l’évangile au reste du monde, aux non Israélites, aux païens. Il faut dépasser ces prémisses pour saisir que Paul n’est pas allé à l’encontre de la mission de Yeshua, à savoir, aller seulement vers les enfants d’Israël. Le mystère (Éphésiens 3:6) concernant les Gentils/Païens/Nations/Goyim touchait bien ces Israélites de la Diaspora (olivier sauvage) qui devaient être ramenés et greffés à l’Israël d’alors, (olivier franc) Romains 11:16-24.

Ce mystère ne te concerne pas, ne me concerne pas. Il concerne les enfants de l’alliance disséminés parmi les Gentils/Païens/Nations/Goyim, descendants de l’Israël d’avant le Schisme. La Bible, dont la Genèse mime la Révélation de la fin, est un récit essentiellement israélite, avec des préoccupations israélites. Où y sont les préoccupations des Chinois, des Aborigènes, des Bochimen, des Incas, des Inuits, des Peuls, des Pygmées, des Grecs, des Romains, des Soninkés, des Japonais, des Assyriens, des Égyptiens ou des Ankhoriens?
Et moi, en quoi suis-je alors concerné? Homo sum, et humani nihil a me alienum puto. Je suis un homme, je pense que rien d’humain ne m’est étranger. Ce dit de Térence suffit à faire rejaillir sur toute l’humanité l’expérience d’une Israël qui a eu avec le Père céleste une palette d’expériences riches d’un enseignement sans âge, avec la figure d’un Christ qui est la mesure de toutes choses. Mais pas besoin de se faire Israélite pour marcher avec Christ. Pas besoin de s’imaginer Judéen pour recevoir Christ. Pas besoin d’être sur la photo biblique pour espérer en Christ. Il a prêché le salut, seulement à ceux-là qui avaient besoin d’être sauvés de la malédiction de la Loi. Cela ne te concerne pas, ne me concerne pas, car ni toi ni moi n’avons été sous la Loi.
Paul, l’apôtre des Goyim/Gentils/Païens s’adressait bel et bien à ceux vers qui Yeshua destinait l’autre versant de la mission, les élus de la diaspora, afin que tout Israël soit sauvé!

ed’

pa

Publicités

Celui qui est plus Grand

greater

10 septembre

Celui qui est plus Grand

« Vous, mes enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, car celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. » 1 Jean 4:4

Jean déclare que, peu importe ce qui vient contre nous, Celui qui est en nous est plus grand. Peu importe comment vous vous sentez, ce que vous voyez, ce que vous entendez, ce que les gens disent ou ce que le diable fait. Peu importe si Lazare est mort pendant quatre jours et commence à sentir mauvais. Peu importe si la jeune fille décède avant l’arrivée de Jésus. Peu importe si les vagues sont sur ​​le point de faire chavirer la barque. Peu importe si Paul est lapidé et laissé pour mort. Lazare sera ressuscité, la jeune fille va être ramenée à la vie, et la tempête sera réduite au silence, et Paul prêchera à nouveau.
Le plus Grand est toujours plus Grand et le plus petit toujours plus Petit. Nous avons seulement un problème quand nous voyons tout le reste comme « plus grand » et Christ comme « plus Petit ».

Source: The Irresistible Kingdom [Le Royaume Irrésistible] par Chip Brogden

Oeuvrer avec la force de Christ

IMG_2754.JPG

19 août

Oeuvrer avec la force de Christ

« C’est à quoi je travaille, en combattant avec sa force, qui agit puissamment en moi. » Colossiens 1:29

Celui qui se repose en Christ va produire plus de fruit que celui qui lutte avec sa propre force. Cela est démontré dans l’Écriture et dans l’expérience de la vie réelle d’innombrables saints.
Il ne fait aucun doute que Paul a travaillé, trimé et peiné. Mais la différence avec Paul est qu’il savait qu’il travaillait selon Christ oeuvrant en lui. Paul était-il paresseux? En revanche, il a été plus fructueux que jamais. Le résultat final est sa déclaration, « j’ai travaillé beaucoup plus qu’eux tous« , rapidement précisé par « non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. » (1 Corinthiens 15:10). Le « Je puis faire toutes choses » doit toujours être suivi par « par Christ qui me fortifie« . Si nous avons confiance en la Vie, nous serons tout sauf passifs.

Source: The Church in the Wilderness [L’Église dans le désert] par Chip Brogden

Gardé par la Grâce

20140802-183821-67101389.jpg

2 août

Gardé par la Grâce

« Mais Dieu est puissant pour faire abonder toute grâce envers vous« . 2 Corinthiens 9:8

Dieu ne vous MÈNERA pas où Sa grâce ne peut pas vous GARDER. Cela signifie que lorsque nous entreprenons l’oeuvre qui nous est assignée par le Seigneur, nous trouverons que la vie du Seigneur est présente pour nous donner toute la force spirituelle intérieure, laquelle nous fera voir l’accomplissement de cette oeuvre.

Je ne dis pas que tout ira bien et que vous n’arriverez jamais à douter de vous-même ou avoir peur. Loin de là. Mais écoutez ce que dit Paul: « Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité; en perplexité, mais non sans espérance; persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non entièrement perdus« . (2 Corinthiens 4:8,9). Son secret? « C’est aussi à quoi je travaille, en combattant par sa vertu, qui agit puissamment en moi. » (Colossiens 1:29) Ce n’est plus moi, mais c’est Christ. C’est le secret de la vie chrétienne et c’est la clé de toute oeuvre spirituelle fructueuse.

Source: The Church in the Wilderness [L’Église dans le désert] par Chip Brogden