Arrêtez de dire qu’il faut « aimer le pécheur mais détester le péché »

Arrêtez de dire qu’il faut « aimer le pécheur mais détester le péché »

Il est banal dans aime le pécheurles milieux chrétiens d’entendre des recommandations à « aimer le pécheur mais à détester le péché. »

Ça, je l’entends de plus en plus quand il est question des personnes LGBT et du mariage homosexuel.

« Oh, je ne déteste pas les homosexuels, je déteste le style de vie homosexuel. … Vous savez, j’aime le pécheur, mais je déteste le péché « .

Il y a tellement de choses de travers avec la déclaration d' »aimer le pécheur;mais détester le péché », que je ne sais pas par où commencer. Commençons donc avec un peu d’humour:

love-the-sinner

Maintenant … allons-y avec le billet …

Il y a plusieurs choses qui clochent dans la déclaration, « aimez le pécheur mais détestez le péché.  »

Commençons par le mot « pécheur »

never said jcLe simple fait que nous traitions la personne dont nous parlons de « pécheur » indique que nous n’avons pas d’amour pour elle en premier lieu.

Etiqueter quelqu’un comme « pécheur » c’est laisser entendre qu’il est en dehors de la grâce de Dieu et à moins qu’il ne se purifie de son acte, il ne peut pas être pardonné.

Etiqueter quelqu’un comme « pécheur » révèle une mentalité antagonique: « nous contre eux », où vous êtes la personne « juste » jetant un regard torve vers les pauvres et misérables « pécheurs » ignorants plus bas que vous, qui n’ont aucune cohérence dans leurs actes. Si seulement ils pouvaient écouter ce que vous leur dites de faire …

Nous, chrétiens, nous nous payons de mots avec l’idée que «Nous sommes tous des pécheurs » mais il apparaît clairement que nous n’y croyons pas vraiment quand nous accolons aux autres l’étiquette de « pécheur ».

En les étiquetant comme « pécheurs », nous condamnons le péché d’autrui comme pire que le nôtre.

Ensuite, il y a le mot « détester »

l'amour vs haineQuand le monde qui nous observe dit que les chrétiens sont pleins de haine, ce n’est pas une bonne stratégie de lui dire que nous ne le détestons pas,  nous détestons juste son péché.

Pourquoi devons-nous « détester » quoi que ce soit?

Est-ce parce que Dieu « déteste » le péché?

Eh bien, il y a quelques déclarations de ce genre dans la Bible, mais de telles déclarations nécessitent un grand soin dans leur compréhension et leur application à la vie.

Nous devons comprendre pourquoi Dieu dit ce qu’Il dit.

Nous devons également reconnaître que même si Dieu « déteste » (ce que je ne pense pas qu’Il fasse … du moins, pas de la façon dont nous l’entendons), nulle part Il ne nous dit de détester.

En outre, nous devons reconnaître que lorsque Dieu utilise ce genre de langage à propos de certains péchés, ce n’est pas parce qu’Il en veut à la personne pour avoir commis le péché, ou même au péché lui-même parce qu’il est si « terrible. » Dieu n’est quasiment pas aussi agité par le péché que nous le sommes. Dieu n’est pas occupé à l’intendance du péché.

La raison pour laquelle Dieu dit des choses fortes sur certains péchés dans la Bible est parce que ces péchés nous font du mal, et Il nous aime, et ne veut pas nous voir blessés par le péché.

Donc, si vous avez vraiment, vraiment envie de détester le péché de quelqu’un, détestez le péché qui  lui est en fait nuisible à lui et aux autres. Détestez un péché comme le viol, l’assassinat, l’inceste, la maltraitance des enfants, la torture, l’esclavage sexuel, ou l’un des autres très nombreux péchés néfastes et destructeurs.

Mais pourquoi nous les chrétiens nous concentrons-nous parfois sur la détestation des « péchés » dont les autres disent qu’ils produisent l’amour et la communauté? Si un couple homosexuel veut se marier parce qu’ils disent qu’ils s’aiment, pourquoi devrions-nous dire qu’ils ne le peuvent pas?

« Parce que ça détruit les familles! »

Vraiment? Comment exactement leur amour heurte-t-il votre famille? M’est avis que des problèmes dans votre famille peuvent être trouvés bien près du foyer …

« Parce que ça détruit la définition du mariage! »

Vraiment? Supposons que c’est le cas, et alors? Qu’est-ce qui est le plus important? La définition d’un mot ou la relation entre les gens? N’utilisez pas l’argument de la définition d’un mot comme une excuse pour détester les gens. Cela sonne beaucoup comme quelque chose qu’un pharisien ferait aux jours de Jésus. Même si la définition du mariage change, est-ce que cela ruinera votre mariage? Je ne vois pas trop comment.

« Ouais, mais … mais … le SIDA !!! Ils vont choper le sida et le sida leur fera du mal et donc je suis juste en train d’essayer de les mettre en garde contre les dangers du SIDA! Vous voyez? Je me fais du souci pour eux! Je ne veux pas qu’ils attrapent le SIDA!  »

… Si c’est de cette façon que vous vous faites du souci pour eux, je pense qu’ils n’en ont pas besoin.

Je pourrais dire beaucoup plus à ce sujet, mais je dois aller de l’avant.

Il y a aussi un problème avec le mot « péché »

« Oui, oui, « péché » est un terme biblique. Non, je ne veux pas que les gens arrêtent de parler du péché. »

Mais voici ce que j’ai remarqué dans ma propre vie, et parmi la majorité des chrétiens.

Nous avons tous nos péchés « mignons » que nous commettons.

Nous avons des péchés que nous commettons tout le temps et pour lesquels nous ne bronchons pas. Et quand quelqu’un nous indique le péché dans notre propre vie, nous disons: « Eh bien, les chrétiens ne sont pas parfaits, vous savez. » Ou peut-être pouvons-nous dire: « Merci Seigneur pour Ta grâce! » Ou peut-être: « Ouais, je sais que c’est un problème, mais Dieu travaille avec moi sur ce point. » Parfois, on peut même justifier notre comportement et dire: « Quoi ?! Non, c’est pas un péché! Arrêtez de me juger!  »

Beaucoup de ces « péchés mignons » dans les cercles chrétiens sont même « approuvés depuis la chaire ». Cela dit, des pasteurs et des dirigeants d’églises élèvent ces « péchés » au niveau de vertus à acquérir.

Le péché d’orgueil est appelé « saine estime de soi. »

Le péché de gourmandise est appelé « Respecter la cuisine de sa femme. »

Le péché de paresse est appelé « détente après le travail. »

Le péché d’avidité est appelé « planification pour l’avenir. »

Le péché d’idolâtrie nationale est appelé « patriotisme ».

Le péché de haine est appelé « les avertissant des feux de l’enfer. »

Le péché de colère est appelé « prendre position pour ce que je crois. »

Etc.

Ce sont là nos péchés mignons, et nous avons rebaptisé nos péchés pour les rendre acceptables et même louables. Et même lorsque nos péchés ne sont pas louables, nous nous permettons des excuses que nous ne permettons à personne d’autre.

quote-love-the-sinner-hate-the-sin-how-about-love-the-sinner-hate-your-own-sin-i-don-t-have-mark-lowry-71-51-15

Et puis nous avons nos « péchés favoris » que nous aimons dénoncer chez les autres.

Ces péchés sont généralement ceux que nous ne commettons pas, mais nous les utilisons pour nous sentir mieux quant à notre propre péché. Comment? Nous les dénonçons chez les autres et les condamnons, eux et leurs péchés pour tous les problèmes dans le monde et dans la société.

Ironiquement, quand nous dénonçons le « péché » chez les autres, nous ne leur permettons presque jamais d’utiliser envers nous les mêmes « excuses » que nous utilisons envers les autres pour le péché dans nos propres vies. Nous leur disons que leur péché est pire que le nôtre. Que leur péché détruit l’unité de l’église. Que leur péché cause la chute de notre pays. Que leur péché pervertit notre culture. Qu’ils feraient mieux de mettre en règle leur vie tout de suite, sinon Dieu va les exterminer et les punir en les envoyant brûler en enfer pour toujours.

Plus ironiquement encore, les péchés favoris que nous aimons le plus condamner chez les autres sont habituellement les péchés qui sont le moins mentionnés par l’Écriture, tandis que les « péchés mignons » que nous commettons sont les péchés qui reçoivent le plus d’attention dans l’Écriture.

Prenez le « péché » à condamner le plus populaire aux Etats Unis en ce moment: l’homosexualité. Il est mentionné trois fois dans la Bible (6 fois tout au plus, selon la façon dont vous voulez comprendre quelques termes).

Mais combien de fois sont mentionnés la cupidité, l’orgueil, la calomnie, la gourmandise, la colère et la haine? Je ne sais pas, mais c’est probablement des centaines pour chacun d’entre eux.

Alors, pourquoi avons-nous choisi ce seul « péché » comme celui sur lequel concentrer toute notre attention?

Parce que nous avons besoin d’un bouc émissaire à blâmer pour notre propre péché, et « l’autre », celui « du dehors », « celui qui n’est pas comme nous », est toujours la personne qui est choisie pour être le bouc émissaire.

Donc, pour revenir au sujet …

amour et la haineQuand nous disons: « aimez le pécheur mais détestez le péché », ce que nous disons vraiment c’est:  » je ne vais aimer que ceux que je veux aimer, et je vais détester et mépriser et chasser ces gens qui font des choses que je considère pires que les choses que je fais moi-même, et de cette façon je vais me sentir mieux pendant que je les condamne pour tous les problèmes auxquels j’ai moi-même contribué, sans vouloir l’admettre « .

Voilà mon problème avec le mot « péché » dans cette déclaration. Il nous  place dans la position de Dieu, savoir: décider quels péchés sont pires que d’autres, et quels péchés peuvent être négligés et lesquels ne peuvent pas l’être. Il fait de nous les arbitres de la grâce et du pardon.

Quel est le pire de tous les péchés? Quand nous disons « aimez le pécheur mais détestez le péché « , nous-mêmes nous commettons le pire péché possible, en nous plaçant nous-mêmes dans la position de Dieu de décider quel péché est acceptable et lequel ne l’est pas. Nous, chrétiens devons nous repentir de cet esprit de jugement qui nous égo-idolâtre en bouc-émissarisant les autres.

Et enfin, toute la déclaration: d’ « aimer le pécheur mais détester le péché  » n’est que de la f…

Si vous prenez la déclaration dans son ensemble, elle n’a aucun sens.

Les gens sont des créatures complexes, et psychologiquement et émotionnellement, il est presque impossible de séparer ce qu’une personne fait de ce qu’une personne est. Cela est particulièrement vrai quand une personne est comme elle est parce qu’elle est née de cette façon.

Oubliez l’homosexualité; prenez l’obésité comme exemple.

Beaucoup de gens qui sont en surpoids disent qu’ils sont nés avec un métabolisme lent, ou qu’ils ont quelque trouble. Ou peut-être qu’ils ont vécu des moments difficiles qui étaient hors de leur contrôle et psychologiquement se sont tournés vers la nourriture pour plus de confort. Ou peut-être qu’ils sont tout simplement nés avec des papilles et un estomac qui aiment vraiment consommer de la bonne nourriture.

Maintenant, imaginez aller vers une telle personne et lui dire: « l’hyperphagie est un péché. Je t’aime, mais je déteste tes rondeurs. » Comment une telle personne répondra?

Je crois que cette personne sera offensée à juste titre.

Voici le fin mot de l’histoire: Si vous aimez quelqu’un, vous aimez tout de lui – même les choix de vie qui auraient pu résulter des actions et des comportements coupables.

Cela ne signifie pas que vous devez être d’accord avec ce qu’il fait, mais plutôt, vous regardez simplement les choses avec lesquelles vous n’êtes pas d’accord dans sa vie de la même manière que vous regardez toutes les habitudes fondées sur le péché et tous les choix  que vous faites dans votre propre vie.

Et comment voulez-vous que les gens vous perçoivent, vous et votre péché? Vous voulez être aimé tandis que d’autres suspendent leur jugement.

C’est ainsi également que vous devriez percevoir d’autres qui font des choses, disent des choses, ou vivent d’une manière que vous jugez « pécheresse ». Contentez-vous de les aimer et suspendez votre jugement.

Et observez, si vous voulez vraiment commencer à juger quelque péché quelque part, commencez d’abord avec le bazar dans votre propre vie. Arrêtez de dénoncer ce que vous pensez être un comportement pécheur chez d’autres personnes, et plutôt, travaillez à nettoyer votre propre tunique, dans votre propre vie.

Je pense que Jésus a dit quelque chose à ce sujet … (… Vous savez quelque chose à propos de la paille dans l’œil du prochain et la poutre dans le vôtre?) Et quand la Bible parle de la relation entre l’amour et le péché, elle dit que l’amour couvre une multitude de péchés.Hmmm …love-covers_by-robg

Le mot que j’aime

Alors, quant à elle, la seule partie que j’aime dans la déclaration « aimez le pécheur, mais détestez le péché »  c’est le mot « aimez ».

Et pourquoi ce peut ne pas être suffisant? Quand nous voyons quelqu’un d’autre se comporter d’une manière que nous n’approuvons pas et que haimernous pensons être le péché (et tant que ce n’est pas illégal ou blesse quelqu’un), pourquoi « aimez » n’est pas le seul mot qui nous vient à l’esprit?

Apparemment, Jésus aimait cet autre assez pour mourir pour lui. Et si Il l’a aimé, pourquoi pas nous?

Alors la prochaine fois que vous êtes tenté(e) de dire que vous « aimez le pécheur mais détestez son péché », arrêtez-vous juste à ‘aimer ».

Publicités

2 réflexions au sujet de « Arrêtez de dire qu’il faut « aimer le pécheur mais détester le péché » »

  1. L’autre jour, j’essayais de me rappeler, où dans les évangiles, Jésus reprend les personnes ‘de mauvaise vie’, qui mangeait souvent avec lui. Dans chacun des récits, ce sont les pharisiens qui sont ‘pointés du doigt’. Par contre, Jésus ne demande pas aux ‘gens de mauvaises vie’ de se comporter autrement ou même, il ne leur explique pas ce qu’est ‘le péché’. (Ou qu’ils seraient des pécheurs).

    Maintenant, que mettre derrière ‘mauvaise vie’, je ne sais pas bien.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s